Kamala Chandrakirana : « l’adultère ne doit pas être considéré comme un crime »

Écouter /

L’adultère ne doit pas être considéré comme un crime, selon le groupe d’experts de l’ONU sur les droits de la femme, pour lequel les droits des femmes sont violés quand des pays prévoient des poursuites allant jusqu’à la peine de mort en cas d’infidélité.

Kamala Chandrakirana, qui dirige ce groupe d’experts de l’ONU chargé d’éliminer les lois discriminatoires envers les femmes, renforce cette position en rappelant que “la criminalisation des relations sexuelles entre adultes consentants est une violation de leurs droits liés à leur vie privée”. Elle insiste en revanche sur le fait que l’adultère “ne doit pas être punissable d’une amende, d’un emprisonnement, de flagellation, de lapidation ou de pendaison”.

Dans certains pays les femmes sont particulièrement touchées par les lois punissant l’infidélité conjugale et sont souvent condamnées à des peines plus lourdes que les hommes. Kamala Chandrakirana appelle de ce fait tous les gouvernements concernés à abolir de telles peines.

Mise en perspective de Maha Fayek

 

Classé sous Femmes et enfants, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...