Balkans : une formation de la CEE-ONU pour renforcer la sûreté transfrontalière des installations industrielles

Écouter /

Ce mercredi s'achève à Split, en Croatie, une session de formation de trois jours entamée le 22 octobre sur des inspections d'installations dangereuses, dont le temps fort a été une simulation de l’inspection d'un site de stockage de produits pétroliers. Cette simulation a été rendue possible grâce à la coopération des autorités croates. Organisée par la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe (CEE-ONU), cette session de formation s’adressait aux inspecteurs de la Croatie, de la Serbie et de l’ex-République yougoslave de Macédoine. Elle visait à les aider à concevoir et à mener des inspections des sites industriels dangereux.

Les inspections jouent un rôle crucial dans la prévention des accidents industriels. Organiser des inspections de routine aide les exploitants d’installations industrielles à détecter des carences existantes ou potentielles et donc à y remédier. Cela aide également les autorités à vérifier la conformité de l’opérateur au regard de la législation. Pendant la session, les inspecteurs – assistés par des experts internationaux en provenance du Danemark, du Royaume-Uni et du Centre commun de recherche de la Commission européenne – ont pu planifier, concevoir et mener une inspection simulée sur la base des documents fournis par l’exploitant de l’installation de stockage de produits pétroliers. Ils ont aussi pu inspecter l’installation et ont eu l'occasion de poser des questions techniques à l’opérateur. Après l’inspection, les participants ont eu la possibilité de passer en revue les procédures d’évaluation des inspections et de préparer les rapports pertinents.

Cette session de formation est la troisième phase d'un projet sur l’évaluation des rapports de sécurité et les inspections sur site pour la Croatie, la Serbie et l’ex-République yougoslave de Macédoine, mis en œuvre dans le cadre du programme d’assistance de la Convention de la CEE-ONU sur les effets transfrontières des accidents industriels. Les phases précédentes ont été mises en œuvre en 2010 et 2011. Elles ont déjà produit un certain nombre de résultats positifs, parmi lesquels le développement d’un système de listes de contrôle pour les rapports de sécurité et l’adoption de mesures législatives appropriées en Serbie et en Croatie.

La Convention de 1992 sur les effets transfrontières des accidents industriels a été conçue pour protéger les personnes et l’environnement contre les accidents industriels. La Convention vise à prévenir les accidents, en réduisant leur fréquence et leur gravité et en atténuant leurs effets s'ils se produisent néanmoins.

En 2004, la Conférence des Parties de la Convention a adopté un programme d’assistance pour aider les pays d’Europe orientale, du Sud-Est de l'Europe, du Caucase et d’Asie centrale dans la mise en œuvre de la Convention.

(Interview : Jean Rodriguez, chef de l'information de la Commission économique des Nations Unies pour l'Europe; propos recueillis par Jérôme Longué)

Classé sous Reportages.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...