Syrie : l'UNRWA inquiète du sort des réfugiés palestiniens

Écouter /

L’UNRWA préoccupée par la sécurité des réfugiés palestiniens en Syrie.

L'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a exprimé sa vive préoccupation sur le sort des quelque 500.000 Palestiniens vivant en Syrie, notamment dans le quartier de Yarmouk à Damas, en raison de l’escalade de la violence. Dans une interview accordée à la Radio des Nations Unies, le Chef de l'UNRWA redoute que la dégradation de la situation n'affecte encore davantage les réfugiés palestiniens à travers le pays.

Mais l'agence tient à préciser que les réfugiés palestiniens « n'ont pas été ciblés directement par les différentes parties du conflit » même si trois membres du personnel de l'UNRWA et des réfugiés ont été tués depuis le début des violences en Syrie.

« Mais malheureusement avec l'élargissement du conflit, les zones habitées par les Palestiniens ont été gravement touchées surtout à Yarmouk où 150.000 réfugiés vivent aux alentours de Damas », fait remarquer Filippo Grandi. Le camp de Yarmouk, situé à quelques kilomètres du centre de Damas, est le plus grand camp de réfugiés palestiniens en Syrie. Il compte plus de 150.000 réfugiés.

La Syrie accueille près de 500.000 réfugiés palestiniens dans neuf camps officiels et trois camps non officiels. Et près de la moitié a besoin urgemment d'assistance.

En raison des violences, ils sont un millier à avoir fui en Jordanie et trois milles au Liban.

Toutefois, l'UNRWA pense « que c'est toujours possible et souhaitable de concentrer l'assistance en Syrie ».  Pour autant l'UNRWA n'encourage pas les Palestiniens à rester obligatoirement en Syrie. « Dans tous les cas, il faudra leur apporter assistance là où ils sont », précise le Filippo Grandi. « Maintenant si les réfugiés palestiniens fuient et que leur seul moyen de salut, c'est de quitter la Syrie, c'est important que les pays voisins gardent leurs frontières ouvertes ».

Seulement un afflux de réfugiés palestiniens dans les pays voisins de la Syrie rendrait complexe la situation au Moyen Orient. « Nous sommes conscients que la présence ultérieure de Palestiniens au Liban et en Jordanie qui hébergent déjà des réfugiés palestiniens depuis soixante ans, est plutôt problématique », fait-il remarquer.

Dans ces conditions, l'UNRWA lance un appel aux gouvernements des pays voisins de la Syrie « pour que les Palestiniens ne soient pas renvoyés en Syrie s'ils décidaient de fuir ce pays ».

De façon générale, le Chef de l'UNRWA souligne que la situation des réfugiés palestiniens, le sort des Palestiniens en général est une situation bloquée. « Elle est bloquée du point de vue politique avec le processus qui n'avance pas ; blocage sur le processus de réconciliation inter palestinien, le processus de reconnaissance de l'Etat palestinien ».

En attendant, l'agence a revu à la hausse son appel de fonds humanitaire pour les réfugiés palestiniens en Syrie, avec un montant de 54 millions de dollars E.U. pour une période de six mois.  Un financement qui permettrait d'acheter des vivres, de l'assistance médicale et de l'argent cash pour les Palestiniens. « L'urgence c'est d'abord la sécurité des populations civiles, y compris les réfugiés palestiniens, mais aussi venir en aide aux réfugiés qui se retrouvent dans une situation de pauvreté après la perte de leur emploi », conclut Filippo Grandi.

(Interview : Filippo Grandi, Commissaire général de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...