Survie de l'enfant : l'objectif 4 du Millénaire sera-t-il atteint?

Écouter /

Le rythme de la réduction du nombre de décès d'enfants dans le monde s’est fortement accéléré depuis 2000, selon de nouvelles données publiées aujourd’hui par l’UNICEF, l’Organisation mondiale de la Santé, la Banque mondiale et la Division de la population des Nations Unies. Mais des défis restent à relever pour atteindre l'Objectif numéro 4 du Millénaire pour le développement qui consiste à réduire la mortalité infantile des deux tiers avant 2015.

Au chapitre des bonnes nouvelles, le rapport annuel OMS/UNICEF/Banque mondiale de la mortalité juvénile (IGME) montre qu'en 2011, 6,9 millions d’enfants de moins de cinq ans sont morts, alors qu'ils étaient environ 12 millions dans ce cas en 1990.

Au cours des deux dernières décennies, les taux de mortalité infantile ont diminué dans toutes les régions du monde, d'au moins 50 pour cent en Asie orientale, Afrique du Nord, Amérique latine et Caraïbes, Asie du Sud-Est et Asie occidentale.

L'Afrique subsaharienne, la région confrontée aux obstacles les plus élevés en matière de survie infantile, a doublé son taux de réduction, passant de 1,5 pour cent par an en 1990-2010 à 3,1 pour cent en 2000-2011.

Mais bien que considérables, les progrès enregistrés ne suffisent toujours pas à atteindre l'objectif 4 du Millénaire pour le développement qui consiste à réduire des deux tiers le taux global de mortalité des enfants de moins de cinq ans entre 1990 et 2015. Seulement six des 10 régions du monde touchées par ce fléau sont sur la bonne voie pour atteindre cette cible.

Il est donc nécessaire de transposer à plus grande échelle les solutions ayant fait leurs preuves pour accélérer et amplifier les progrès concernant la survie de l’enfant.

L'Afrique subsaharienne et l'Asie du Sud se heurtent aux plus grands défis dans ce domaine.

Le rapport appelle à une action systématique pour réduire la mortalité néonatale. Celle-ci pourrait se faire grâce à l'élargissement des interventions préventives et curatives qui ciblent les principales causes de décès post-néonatals et les enfants les plus vulnérables.

Les principales causes des décès d'enfants de moins de cinq ans dans le monde sont la pneumonie (18 pour cent des décès), les complications dues à des naissances prématurées (14 pour cent), la diarrhée (11 pour cent), les complications lors de l’accouchement (9 pour cent) et le paludisme (7 pour cent).

Mise en perspective de Maha Fayek

 

Classé sous Femmes et enfants, L'info, Santé.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...