Somalie : la jeunesse est la clé de l'avenir, selon le PNUD

Écouter /

L'avenir de la Somalie et le bien-être de sa population reposent en bonne partie sur l'autonomisation de sa jeunesse, a déclaré le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) aujourd'hui, à l'occasion de la publication très attendue de son Rapport sur le développement humain en Somalie 2012 : Autonomiser la jeunesse pour la paix et le développement. Il s'agit du premier rapport en dix ans sur ce pays de la Corne de l'Afrique déchiré par la guerre.

« Comme nous l'avons vu dans les États de la région arabe et ailleurs, la jeunesse peut être un puissant moteur de transformation politique, sociale et économique », a déclaré dans son allocution d'ouverture la directrice du Bureau régional du PNUD pour les États arabes, Sima Bahous. « Nous ne pouvons plus nous permettre d'ignorer tout ce qu'il y a à gagner en plaçant les jeunes au centre du développement », a-t-elle ajouté en précisant que 70% de la population somalienne a moins de trente ans.

Le lancement du rapport intervient après le mini-Sommet sur la Somalien qui a eu lieu cette semaine, en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies.

Le nouveau rapport (basé sur des enquêtes menées auprès de plus de 3 000 ménages en Somalie centrale et du Sud, au Puntland et au Somaliland) révèle que bien que la majorité des jeunes Somaliens estiment avoir droit à l'éducation (82 %) et à un travail décent (71 %), la plupart se sentent démunis face aux multiples barrières structurelles dressées par la famille, les institutions, les collectivités locales et la société en général.

L'absence d'une éducation valable et d'opportunités d'emplois (en plus des préjugés claniques et culturels) entraîne un niveau très élevé de frustration et de mécontentement chez les jeunes. C'est pourquoi il est nécessaire de procéder à des changements radicaux tant dans les politiques d'orientation que dans les comportements, afin de leur donner des outils et de les placer au cœur de l'agenda du développement.

Le rapport comprend une Charte de la jeunesse rédigée par des représentants de la jeunesse du Somaliland, du Puntland et de Somalie centrale et du sud, avec des contributions d'un groupe plus large venant du pays même autant que de la diaspora.

Cette charte détaille les aspirations, les perceptions et les besoins des jeunes Somaliens (éducation de base gratuite et obligatoire, meilleure représentation de la jeunesse au sein du parlement) tout en définissant une série de principes fondamentaux que les pouvoirs publics, les agences humanitaires et la société civile devraient respecter afin d'impliquer les jeunes et de prendre leurs besoins en considération lors de l'élaboration de politiques de développement.

L'une des solutions préconisées par le rapport est de mettre l'autonomisation des groupes exclus tels que les jeunes et les femmes au cœur de l'agenda du développement national en Somalie. Il en appelle aussi à un élargissement du système électoral actuel, de type clanique, pour inclure les populations marginalisées.

La création d'emploi et de meilleures opportunités dans le domaine de l'éducation pour tous les groupes sociaux, y compris ceux à qui de telles opportunités ont échappé jusqu'à présent, permettra de tracer la voie vers une plus grande stabilité nationale. Les jeunes Somaliens ont aussi besoin d'une plateforme pour s'exprimer librement à tous les niveaux, tout en renforçant les capacités des autorités locales afin qu'elles puissent appuyer des programmes destinés à la jeunesse.

(Mise en perspective :Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...