Sahel : les dirigeants mondiaux réunis pour éviter le risque d'« une crise majeure »

Écouter /

Le Secrétaire général Ban Ki-moon a appelé mercredi la communauté internationale à renforcer d’urgence le soutien aux gouvernements et aux peuples de la région du Sahel, où plus de 18 millions de personnes sont touchées par une grave crise alimentaire.

« Le Sahel se trouve dans une phase critique. Les troubles politiques, les conditions climatiques extrêmes et la fragilité des économies sont autant de facteurs qui font le lit d’une crise majeure », a prévenu M. Ban lors d’une réunion de haut niveau en marge de la 67ème session de l’Assemblée générale de l’ONU.

Le Sahel traverse actuellement une période de troubles, qui ne sont pas uniquement politiques mais également de nature sécuritaire, humanitaire ou liés à la détérioration des droits de l’homme.

À la crise politique et l’insécurité au Mali, s’ajoutent les problèmes de pauvreté extrême, le manque de développement ainsi qu’une insécurité considérable liée à la porosité transfrontalière. Les catastrophes naturelles, en particulier les inondations, les sécheresses et les essaims d’acridiens, associées à la volatilité des prix des denrées alimentaires, portent atteinte à la résilience des populations et menacent le développement régional.

Une situation complexe souligné également par plusieurs chefs d'États et leaders mondiaux qui ont participé à cette réunion. Parmi les orateurs, Boni Yayi, le Président du Bénin, mais aussi Président en exercice de l'Union africaine, a exhorté la communauté internationale à soutenir davantage l'initiative de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) en faveur du Mali, initiative soutenue déjà par l'Union africaine.

Selon les organisations humanitaires, en raison de l’instabilité qui règne dans le nord du Mali, plus de 260.000 personnes ont du fuir dans les pays voisins, mettant à rude épreuve les infrastructures socioéconomiques déjà fragiles de ces pays.

À la demande du Conseil de sécurité, l’ONU planche actuellement sur une stratégie régionale intégrée pour le Sahel qui vise à renforcer les moyens régionaux d’action afin de lutter contre l’insécurité, prévenir et combattre les crises de grande envergure et promouvoir la gouvernance démocratique et le respect des droits de l’homme.

(Extrait sonore : Boni Yayi, le Président du Bénin, Président en exercice de l'Union africaine)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...