RDCongo : le HCR demande 40 millions de dollars supplémentaires pour les déplacés et réfugiés congolais

Écouter /

Les membres d’une famille congolaise arrivent dans le district de Kisoro au sud de l’Ouganda, après avoir fui leur village du Nord-Kivu à l’est de la RDC plus tôt cette année.Photo:M. Sibiloni

Le HCR a lancé, ce mardi à Genève, un appel de fonds additionnel de 40 millions de dollars visant à aider environ un demi-million de civils congolais déracinés dans l’est de leur pays, en Ouganda et au Rwanda. Depuis le début des combats dans la province du Nord-Kivu entre les forces gouvernementales et le mouvement rebelle M23 en avril dernier, près de 390 000 personnes sont déplacées internes dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) et plus de 60 000 Congolais ont fui vers le Rwanda ou l’Ouganda voisins.

Pour ces fonds demandés, 7,35 millions de dollars sont destinés pour les opérations du HCR en RDC, 12,2 millions de dollars pour le Rwanda et 20 millions de dollars pour celles prévues en Ouganda. Parmi ces besoins, figurent la protection, la prévention et la protection contre les violences sexuelles, une aide générale incluant des abris et des articles de première nécessité, des services essentiels comme l’éducation, la santé, l’eau et les installations d’assainissement, l’infrastructure, un soutien logistique ainsi que la gestion et la coordination des camps.

En RDC, l’insécurité et l’éloignement des sites de déplacés constituent des contraintes majeures à l’acheminement de l’aide et au suivi en matière de protection. Au Nord-Kivu, plus de 127 000 nouveaux déplacés vivent dans 31 camps gérés par le HCR, alors que d’autres vivent au sein de familles d’accueil ou dans des installations spontanées dans et autour de la capitale provinciale, Goma. Ces dernières semaines, de plus en plus de déplacés ont été transférés vers des sites spontanés ou des camps, et de moins en moins vers des familles d’accueil.

Au Rwanda, la rareté des terrains est le principal problème. Le camp de réfugiés de Kigémé, qui a ouvert en juin et qui accueillait 13 000 personnes à la fin août, aura une capacité d’accueil de 25 000 réfugiés. Toutefois il est situé dans une région vallonnée dans la province du Sud. Pour que ce terrain soit utilisable, les flancs des collines doivent être terrassés. Or ces travaux coutent cher. Les fonds supplémentaires sont nécessaires dans des domaines comme l’enregistrement, les kits d’aide, l’éducation, les soins de santé, les moyens d’existence, l’essence et la construction de latrines.

L’éloignement et le manque d’accès sont également des défis majeurs en Ouganda. Une autre préoccupation majeure concerne le fort taux de malnutrition, dont les niveaux actuels parmi les arrivants sont bien au-dessus de ce qui est acceptable pour une situation d’urgence. Des fonds supplémentaires sont nécessaires, notamment pour améliorer la protection et les services communautaires, renforcer les services essentiels, construire ou réhabiliter des routes et des équipements à Rwamwanja, y compris des cliniques et un laboratoire, fournir au moins 20 nouvelles salles de classe dans les écoles existantes et créer une nouvelle école ; construire 120 nouveaux puits et fournir des abris ainsi que des kits d’hygiène.

Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), près de deux millions de personnes sont déplacées internes dans l’est de la RDC, y compris environ 220 000 forcées de fuir depuis avril au Nord-Kivu, 108 000 au Sud-Kivu et 62 000 en province Orientale.

(Extrait sonore : Simplice Kpandji, porte-parole du HCR en RDCongo ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...