RDC: La CPI réitère sa demande d'arrestation et de transfert de Bosco Ntaganda à la Haye

Écouter /

Le greffe de la Cour pénale internationale (CPI) demande à la République démocratique du Congo (RDC) d'arrêter Bosco Ntaganda « pour qu'il soit jugé sur par la chambre compétente sur les crimes qu'il aurait commis ». Dans un communiqué rendu public mardi 4 septembre, le responsable de l'unité de sensibilisation de la Cour en Ituri (Province Orientale), Nicolas Kuyaku, se dit prêt à aider le gouvernement congolais pour la remise de Ntaganda à la Cour.

« En vertu des accords signés entre la CPI et le gouvernement congolais, la RDC est dans l'obligation de procéder à la remise de Bosco Ntaganda. La CPI demande aux autorités de la RDC de l'informer sur les difficultés qui pourraient gêner ou empêcher l'exécution de la présente demande », a déclaré Nicolas Kuyaku.

L'ancien chef d'Etat-major de l'ex-Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), Bosco Ntaganda est accusé d'enrôlement des enfants dans ses rangs, viols, meurtre et persécutions entre 2002 et 2003 en Ituri (Province Orientale).

Nicolas Kuyaku ajoute que suivant l'article 97 du statut de Rome, la Cour est en mesure de mobiliser d'autres ressources et sensibiliser la Communauté internationale pour que la remise de Bosco Ntaganda à La Haye ne perturbe pas l'ordre public.

Cet article stipule ce qui suit : « Lorsqu'un Etat Partie est saisi d'une demande au titre de ce présent chapitre et constate qu'elle soulève des difficultés qui pourraient en gêner ou en empêcher l'exécution, il consulte la Cour sans tarder en vue de régler la question.

Mais Kinshasa estime que Bosco Ntaganda devra être jugé un jour, mais par une juridiction congolaise.

(Extrait sonore: Nicolas Kuyaku, responsable de l’unité de sensibilisation de la CPI en Ituri; propos recueillis par Martial Kiza Byamungu, Radio Okapi)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...