Rapport de la CNUCED 2012 : l’austérité budgétaire affaiblit la croissance dans plusieurs pays

Écouter /

La CNUCED, la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, a lancé ce mercredi 12 septembre à Genève, son « Rapport sur le commerce et le développement, 2012 ». Selon ce document, l’austérité budgétaire et la compression des salaires affaiblissent toujours plus la croissance dans les pays développés et dans plusieurs pays en développement sans que soient obtenus les résultats escomptés en matière de réduction des déficits budgétaires, de création d’emplois et de rétablissement de la confiance des marchés financiers.

Le creusement des écarts de revenu et de richesses dans le monde n'est pas une conséquence inévitable de la mondialisation et du changement technologique, d'après le Rapport sur le commerce et le développement, 2012 de la CNUCED. La concentration croissante des revenus limite le potentiel économique des pays en affaiblissant la demande de biens et services et en réduisant les perspectives en matière d'éducation et de formation ainsi que la mobilité sociale des populations − d'où une sous-exploitation de leurs talents, de leurs compétences et de leur potentiel économique. Les auteurs du Rapport 2012 affirment que ces tendances peuvent et doivent être inversées par la mise en œuvre de politiques budgétaires et de politiques publiques de l'emploi.

Les tendances sur les trente dernières années indiquent un accroissement des inégalités de revenu dans et entre les pays. La part des salaires dans le revenu total a diminué dans la plupart des pays développés et dans beaucoup de pays en développement. Par exemple, elle a chuté de 5 points de pourcentage ou plus en Australie, au Royaume-Uni et aux États-Unis, et de 10 points de pourcentage ou plus en France, en Allemagne et en Irlande. Dans plusieurs pays, les 1 % les plus riches de la population représentent désormais de 10 à 20 % de la richesse nationale.

L'évolution a été analogue entre les pays. Si en 1980, le revenu par habitant des 15 pays les plus riches représentait 44 fois celui des 15 pays les plus pauvres, en 2000, ce chiffre est passé à 62. Le Rapport note toutefois qu'en 2009, en raison de l'amélioration des résultats économiques dans plusieurs pays en développement et pays en transition, le ratio est revenu à 56.

La mondialisation ayant considérablement progressé au cours de la même période de trente ans, un certain nombre d'économistes ont estimé que la hausse des disparités de revenu était le résultat inévitable de l'expansion rapide des flux financiers et commerciaux internationaux et des progrès de la technologie.

(Extrait sonore : Detles Kotte, consultant à la CNUCED et corédacteur du rapport ; propos recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...