Mali : le CICR s'alarme de la situation humanitaire dans le nord du pays

Écouter /

Chargements de vivres acheminés vers un site accueillant des personnes déplacées à Gao (Photo : CICR / M. Douma)

La situation humanitaire dans le nord du Mali demeure très préoccupante. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) juge la situation de plus en plus alarmante dans le nord du pays alors que la population continue à subir de plein fouet les conséquences du conflit armé et de la crise alimentaire persistante.

Selon le CICR, des milliers de personnes touchées d’une façon ou d’une autre par le conflit armé sont totalement dépendantes de l’aide humanitaire et ont un besoin urgent de nourriture, de soins médicaux ou d’autres services humanitaires.

« Sur les marchés, les produits alimentaires sont hors de prix pour la majorité des familles. Les services publics n’assurent plus les soins de santé de base ni l’approvisionnement en eau potable, par manque de fonctionnaires qualifiés notamment, car beaucoup ont dû fuir les combats et l’insécurité. La population résidente est touchée au même titre que les nombreux déplacés », souligne le communiqué du CICR.

Pour faire face aux besoins les plus urgents, le CICR demande 25 millions de francs suisses. C’est la deuxième fois depuis le début de l’année que l’organisation demande des fonds supplémentaires pour ses activités dans cette zone sahélienne. Le budget initial, fixé en début d’année, pour le Mali avait été établi à 22 millions de francs, et la première rallonge budgétaire demandée atteignait 12 millions de francs.

Jusqu’à présent, le CICR a pu venir en aide à 160.000 Maliens dans le nord du pays. Avec les fonds supplémentaires, le CICR entend fournir une assistance alimentaire à quelque 360.000 personnes supplémentaires dans le nord du Mali, ainsi qu’à 60.000 déplacés Maliens du nord à Mopti, dans le centre du pays. Au total, le CICR sera ainsi venu en aide à près de 580.000 habitants du nord du pays depuis le début d’année, soit « un quart de la population » de cette région.

De plus, le CICR prévoit de continuer à soutenir l’hôpital de Gao (le plus grand dans le nord du Mali) et le centre de santé de référence d’Ansongo, et à fournir des médicaments et du matériel médical à neuf centres de santé communautaires.

« Le CICR visite également des personnes détenues, tant dans le nord que dans le sud du Mali, afin de s’assurer de leurs conditions de détention et du traitement qu’elles reçoivent, et communique ses observations aux seuls responsables », souligne l'organisation basée à Genève.

(Interview : Jean-Yves Clémenzo, porte-parole du CICR à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...