Mali : consensus au Conseil droits de l'homme pour dénoncer les abus dans le nord du pays

Écouter /

Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies a adopté par consensus une résolution condamnant les violences et les violations des droits de l’homme au Mali et saluant l’action du gouvernement pour que les responsables soient jugés. Ce texte, adopté sans vote ce vendredi 28 septembre à Genève, condamne les exactions et abus commis dans cette région notamment par les rebelles, les groupes terroristes et les autres réseaux de criminalité transnationale organisés, y compris les violences faites aux femmes et aux enfants, les tueries, les prises d’otages, les pillages, les vols.

Gravement préoccupé par la dégradation de la situation des droits de l’homme dans la partie nord du Mali ainsi que de la situation humanitaire, le texte condamne également la destruction des sites culturels et religieux et le recrutement d’enfants soldats. 

Le Conseil demande à la Haut-Commissaire aux droits de l’homme de lui soumettre un rapport sur la situation en mars 2013. Il prend note des démarches entreprises par le Gouvernement malien en vue de traduire en justice les auteurs de tels actes. 

Le Conseil réitère son appel à un arrêt immédiat de tous les abus et de toutes les violations des droits de l’homme et des actes de violence ainsi qu’à un strict respect de tous les droits de l’homme et libertés fondamentales et appelle à un arrêt immédiat de la destruction de sites culturels et religieux.  Il continue d’appuyer les efforts en cours de l’Union africaine et de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest en vue de la résolution de la crise en République du Mali et pour un retour définitif à l’ordre constitutionnel, à la paix et à la sécurité dans ce pays.

Intervenant à titre de pays concerné, le Mali a estimé que le projet de résolution est de nature à renforcer d’autres initiatives internationales, notamment celles du Conseil de sécurité, afin de permettre le retour de la sécurité au Mali.  La situation actuelle constitue une menace pour la communauté internationale tout entière, a ajouté Kanisson Coulibaly.

(Extrait sonore : Kanisson Coulibaly, Premier conseiller de la Mission permanente du Mali auprès de l'ONU à Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...