Libye : condamnation unanime au Conseil de sécurité de l'attaque contre le consulat américain à Benghazi

Le Conseil de sécurité (Photo ONU Mark Garten)

Le Conseil de sécurité a examiné ce matin la situation en Libye, au lendemain des violences de Benghazi, qui ont coûté la vie à quatre diplomates américains, dont l'Ambassadeur Christopher Stevens et à une dizaine de gardes et membres des forces de sécurité libyennes. En ouvrant la séance, le Président, l’ambassadeur allemand, Peter Wittig, a condamné fermement, au nom des quinze, l’attaque contre le consulat américain et a adressé de très sincères condoléances aux familles des victimes.

Le Conseil a ensuite entendu l'exposé de Jeffrey Feltman, le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques qui a fait le point sur la situation depuis le dernier examen par le Conseil, le 18 juillet. Jeffrey Feltman, a réagi en trois temps aux événements de Benghazi, en affirmant que l'ONU condamne fermement l'attaque contre le consulat américain, qu'elle s'oppose à toutes formes de calomnie contre une religion et en soulignant que rien ne peut justifier la violence observée mardi.

Visiblement ému, Jeffrey Feltman qui a travaillé, durant une dizaine d'années, avec l'Ambassadeur Stevens au Département d'État américain, a aussi déclaré que l'ONU s’est engagée à faire de son mieux pour soutenir la transition en cours, aider à renforcer la sécurité et favoriser l'émergence d'une Libye démocratique, unie et prospère.

Après plus de quatre décennie de dictature, le transfert le 8 août de l'autorité du Conseil national de transition aux 200 membres du Congrès général national est historique, a déclaré Jeffrey Feltman. Il importe désormais d'engager un dialogue national sur la réconciliation, de renforcer la capacité du Congrès à exercer un contrôle sur le gouvernement, d empêcher la poursuite de la corruption systémique, d'adopter une loi sur la gouvernance locale et de régler la question des centres de détention.

Enfin, hasard du calendrier, la double nomination annoncée ce mercredi: celle par le Congrès national du nouveau Premier Ministre et celle de Tarik Mitri pour succéder à Ian Martin au poste de Représentant spécial de l'ONU en Libye.

Auparavant les quinze avaient décidé de proroger, jusqu'au 31 mars 2013, le mandat du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Sierra Leone. Le Conseil qui a demandé au gouvernement, à tous les partis politiques et à leurs sympathisants, ainsi qu’au peuple sierra-léonais et aux médias, de continuer de contribuer à l’instauration d’un climat propice à la tenue d’élections pacifiques, crédibles et ouvertes à tous au cours des scrutins présidentiel, législatif et local prévus le 17 novembre prochain.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...