Haïti : vers un nouveau partenariat entre le Gouvernement et les ONG

Écouter /

 

Le Secrétaire général Ban Ki-moon (à droite) avec Michel Joseph Martelly, Président d’Haiti en septembre 2011.

Un débat spécial a eu lieu lundi 24 septembre à New York sur la mise en place d'un nouveau partenariat entre le Gouvernement d'Haïti et les organisations non gouvernementales actives dans ce pays. Ouvrant cette rencontre, coorganisée par la Mission permanente d'Haïti auprès de l'ONU et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le Premier Ministre haïtien, Laurent Lamothe, a évoqué la création d'une base de données qui identifie aussi bien les bénéficiaires de l'aide internationale que les ONGs afin d'éviter la duplication de l'assistance aux Haïtiens. Les précisions avec Le Président d'Haïti, Michel Joseph Marthely, a donné des précisions sur ce nouveau partenariat, en s'adressant par visioconférence aux représentants des ONGs présents à ce débat.

Des voix s’élèvent actuellement pour exprimer de façon parfois véhémente un certain ressentiment à l’égard des ONG. Deux critiques majeures émergent de la part d’intellectuels haïtiens ou d’observateurs étrangers : une certaine inefficacité dont témoignerait le retard à la reconstruction et une complicité affichée avec les intérêts des pays mobilisés après le séisme. A celles-ci s’ajoute, particulièrement de la part du secteur gouvernemental, l’argument que les fonds destinés à l’Etat seraient détournés vers les ONG.

Parler des ONG comme d’un tout homogène et indistinct, dans lequel le public inclut souvent et faussement les agences internationales, est aussi un raccourci. Les organisations humanitaires constituent en effet une constellation d’associations dont les domaines de compétence, les tailles, les modalités opératoires, le caractère laïque ou non sont variables.

(Extrait sonore : Michel Joseph Marthely, Président d'Haïti)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...