Est de la RDC : Kabila et Kagame autour de Ban Ki-moon à New York pour résoudre la crise

Écouter /

Le Secrétaire général Ban Ki-moon

La réunion de haut niveau, tant attendue, sur la situation à l'Est de la République démocratique du Congo a eu lieu ce matin à New York, en marge des travaux de la 67eme session de l'Assemblée générale des Nations Unies. Organisée à l'initiative de Ban Ki-moon, le Secrétaire général de l'ONU, cette rencontre à huis clos, a été rehaussée de la présence des Présidents Joseph Kabila de la République démocratique du Congo, Paul Kagame du Rwanda et Sata de la Zambie. Cela, en présence principalement des représentants de la CIRGL, la Conférence internationale sur la région des Grands-Lacs, de l'Union africaine, de l'Union européenne ainsi que des pays membres de la SADC.

Ouvrant cette réunion, le Secrétaire général des Nations Unies a souligné l'importance que revêt cet événement pour la RDC et particulièrement pour l'Est de ce pays. "Votre présence le montre que vous soutenez les efforts que déploie la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs afin de briser une fois pour toutes l'engrenage de la violence dans l'est de la République démocratique du Congo".

Ban Ki-moon s'est dit profondément affecté par des rapports faisant état de violations des droits de l'homme commises par les mutins du mouvement du M23 au Nord-Kivu. Ces derniers recrutent de centaines d'enfants qu'ils utilisent comme soldats et d'autres comme esclaves sexuels qui sont des fois abattus. "Ces atrocités doivent cesser et les responsables des violations des droits de l'homme doivent etre traduits en justice" a-t-il martelé.

Le Secrétaire général des Nations Unies s'est aussi dit préoccupé par des rapports qui indiquent que le M23 bénéficie des soutiens extérieurs. Il a lancé un appel pour que les responsables de l'aide aux rebelles du M23 mettent un terme à cette assistance destabilisatrice.

Pour Ban Ki-moon, "la souveraineté et l'intégrité territoriale de la République démocratique du Congo sont inviolables et doivent etree pleinement respectées par les voisins de la RDC". "Il n'y a pas de solution militaire à cette crise" a-t-il ajouté. " L'Organisation des Nations Unies fournira tout l'appui possible. Au besoin, je suis prêt à user de mes bons offices. Je vous remercie de prendre part à cette réunion, et je compte sur vous pour qu'elle constitue un réel pas en avant dans le règlement de la crise."

Nous devons prendre des mesures concrètes pour parvenir à résoudre cette crise d'une manière pacifique à travers la relance du dialogue, le renforcement de l'intégration et la restauration de la confiance dans cette région, a-t-il conclu.

(Extraits sonores: Ban Ki-moon, Secretaire général des Nations Unies; Mise en perspective: Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...