Droits de l'homme : le Burkina Faso défend son bilan régional et national

Écouter /

Le Conseil des droits de l’homme a adopté, ce matin, les documents finals résultant de l’Examen périodique universel s’agissant des Pays-Bas et de l’Afrique du Sud, qui sont les deux derniers pays examinés au titre de cette procédure dans le cadre de la présente session. Le Conseil a également entendu le Ministre des affaires étrangères de l’Australie et le Ministre des droits humains et de la promotion civique du Burkina Faso. Il a enfin entendu huit organisations non gouvernementales dans le cadre du débat général sur les organismes et les mécanismes de protection des droits de l’homme.

S'agissant du Burkin Faso, Albert Ouedraogo, Ministre des droits humains et de la promotion civique, a déclaré qu’en prenant la décision de devenir membre du Conseil, le Burkina Faso avait traduit au niveau international son engagement en faveur de la promotion et de la protection des droits de l’homme et affirmé ses préoccupation en matière de protection de ces droits. Un Ministère des droits de l’homme a été créé tandis qu’une «Politique nationale des droits de l’homme et de la promotion civique» est en voie d’adoption. Ce document définit trois axes stratégiques d’action: la promotion et la protection des droits de l’homme par des actions de sensibilisation et d’éducation; la promotion d’une culture du civisme par l’éducation et la valorisation des meilleures pratiques en la matière; et le renforcement des mécanismes de recueil d’information sur les droit de l’homme. Au niveau régional, le Burkina Faso s’est toujours impliqué dans la recherche de solutions propices à la sortie des crises auxquelles sont confrontés les pays voisins. Au niveau international, le Burkina Faso coopère également avec les différents mécanismes du Conseil. Le Ministre a annoncé à cet égard la visite prochaine de la Rapporteuse spéciale dans le domaine des droits culturels.

Les priorités nationales du Burkina Faso sont notamment la garantie des droits des femmes et des enfants, et la lutte contre la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance: le Ministre a salué la tenue du débat d’experts sur ce sujet dans le cadre de la journée internationale Nelson Mandela. La lutte contre la mortalité et la morbidité maternelles reste au cœur des préoccupations du Gouvernement burkinabé. À cet égard, le Burkina Faso pays présentera, avec la Colombie et la Nouvelle-Zélande, un projet de résolution mettant l’accent sur le Guide technique élaboré par la HautCommissaire, un outil très utile pour les acteurs impliqués dans la lutte contre la mortalité maternelle.

(Extrait sonore : Albert Ouedraogo, Ministre des droits humains et de la promotion civique du Burkina Faso)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...