67ème session / Palestine : Abbas accuse Israël de rejeter la solution à deux Etats

Écouter /

Mahmoud Abbas

 Le Président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a dénoncé jeudi à l’ONU la poursuite de la politique israélienne de colonisation dans les territoires palestiniens occupés, preuve selon lui du rejet par Israël de la solution de deux États soutenue par la communauté internationale.

Mahmoud Abbas a également indiqué son intention de poursuivre ses efforts pour que la Palestine soit accueillie comme membre à part entière de toutes les instances onusiennes, y compris comme État non Membre des Nations Unies par l’Assemblée générale, dès sa 67ème session, qui vient de s’ouvrir.

Les événements de l’année écoulée ont confirmé « le danger catastrophique de la colonisation israélienne raciste de la Palestine », a-t-il affirmé, déplorant l’escalade des attaques menées par « les milices terroristes des colons israéliens » et dénonçant « une campagne de purification ethnique » contre le peuple palestinien.

 

L’Autorité palestinienne, a-t-il rappelé, a entrepris, en vain, des initiatives pour créer des conditions favorables à la reprise des négociations. Selon lui, l’attitude de l’État hébreu ne peut avoir qu’une explication : son gouvernement « rejette la solution à deux États ».

Pour Mahmoud Abbas, Israël s’emploie à vider les Accords d’Oslo de leur contenu, tout en créant sur le terrain des conditions qui rendent leur application extrêmement difficile, voire impossible.

« Israël refuse de mettre un terme à l’occupation, refuse de permettre au peuple palestinien de réaliser ses droits et sa liberté, et rejette l’indépendance de l’Etat de Palestine », s’est indigné le Président. « Israël promet au peuple palestinien une nouvelle catastrophe, un nouveau Nakba », a-t-il dit en référence au terme utilisé par les Palestiniens au moment de la création de l’État d’Israël en 1948.

Au nom du peuple palestinien, et malgré « le sentiment de colère », Mahmoud Abbas a réaffirmé son engagement en faveur de la paix et de la non-violence. Il a rejeté le terrorisme sous toutes ses formes, en particulier le terrorisme d’État. « Nous continuons à tendre la main au peuple israélien pour faire la paix », a-t-il affirmé. « Les deux peuples doivent vivre et coexister, chacun dans leur Etat respectif, en Terre sainte ».

 

« Nous ne cherchons nullement à ôter à Israël sa légitimité », a conclu Mahmoud Abbas, « mais plutôt à affirmer que l’État de Palestine doit être édifié ».

 

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...