Tunisie : les droits fondamentaux des femmes doivent être protégés

Écouter /

 

Il faut protéger et renforcer les droits des femmes en Tunisie, leurs droits fondamentaux et les acquis en matière d'égalité hommes/femmes.

L'appel émane d'un groupe d'experts des Nations Unies sur la discrimination à l'égard des femmes dans la législation et la pratique.

Le groupe d'experts s'inquiète du fait que dans le cadre de la rédaction d’une nouvelle Constitution en Tunisie, les gains en matière de droits fondamentaux des femmes peuvent subir une rétrogression.

C'est surtout l'article 28, qui fait l'objet d'une polémique. Le projet de texte place les femmes sur un pied d’inégalité avec les hommes et ne les considère pas comme des individus indépendants, complets. Il délimite leur rôle comme étant « complémentaire à celui des hommes dans la famille » et ne parvient pas à faire en sorte que cette disposition s'applique de manière réciproque.

«Les droits sont garantis aux femmes non par le fait qu'elles soient des êtres humains, mais plutôt sur la base de leur complémentarité aux hommes».

Pourtant, ces dernières années, la Tunisie a été à l’avant-garde des aspirations pour le changement, avec des demandes populaires pour la démocratie et les droits de l'homme qui ont inspiré le « printemps arabe.

Longue de plus d'un siècle, la quête d’égalité en Tunisie a été poursuivie par le mouvement des femmes et a inspiré le gouvernement pour l’adoption du Code du statut personnel en 1956. Par conséquent, les femmes en Tunisie ont longtemps bénéficié d’une position admirée dans une région où il reste encore beaucoup à faire pour protéger et promouvoir les droits fondamentaux des femmes,

Mise en perspective de Maha Fayek

 

 

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...