Syrie: Valerie Amos exhorte la communauté internationale à financer davantage l'aide humanitaire

Écouter /

La responsable de la coordination humanitaire de l’ONU a lancé mercredi un appel à la communauté internationale afin qu'elle accroisse son financement pour aider les 2,5 millions de Syriens qui ont un besoin urgent de services de base tels que le logement, la nourriture, les soins de santé, l’eau et l’assainissement.

.

«La situation humanitaire a empiré depuis ma visite en mars», a déclaré lors d'un point de presse la Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires et Coordonnatrice des secours d’urgence des Nations Unies, Valerie Amos, au Siège de l’ONU à New York, ajoutant que le manque d’accès aux personnes dans le besoin et le financement insuffisant entravent les efforts des agences des Nations Unies et de leurs partenaires pour fournir une assistance.

“Nous sommes confrontés à des problèmes d’accès aux personnes démunies, en particulier là où il ya des combats intenses et continus, mais le financement aussi ralentit notre action», a déclaré Valerie Amos. «Si nous avions plus de ressources, nous pourrions toucher plus de gens, d’autant plus que nous avons établi de solides partenariats avec des organisations non gouvernementales et avec le Croissant-Rouge arabe syrien.”

Depuis 17 mois, la Syrie est ravagée par la violence. Plus de 17.000 personnes, essentiellement des civils, ont été tués depuis le début du soulèvement contre le président Bachar al-Assad. Au cours du mois écoulé, on a assisté à une escalade de la violence dans de nombreuses villes et villages, notamment dans les deux plus grosses villes du pays, Damas et Alep.

La semaine dernière, Valerie Amos a effectué une visite de trois jours en Syrie et au Liban pour voir par elle-même l’impact de l’intensification du conflit et discuter des moyens d’accroître l’aide humanitaire.

“Tant les personnes qui ont fui que leurs hôtes ont urgemment besoin d'aide humanitaire en raison de l’impact croissant de la crise sur l’économie et sur les moyens d’existence des gens”, a-t-elle dit.

En particulier, la responsable des affaires humanitaires de l’ONU a exprimé sa vive préoccupation quant aux conditions sanitaires dans les écoles, qui sont utilisées comme abris pour les personnes déplacées. Elle a mis en garde contre l’impact négatif que cela pourrait avoir sur les enfants alors que la nouvelle année scolaire est censée commencer le mois prochain.

Dans ses remarques à la presse, la Coordonnatrice des secours d’urgence a également souligné le travail des agences des Nations Unies et de leurs partenaires, qui ont fourni une aide alimentaire à plus de 800.000 personnes au cours du dernier mois, et ont livré des fournitures de secours, tels que des kits d’hygiène, des couvertures et d’autres articles de base, à plus de 60.000 personnes au cours des deux premières semaines d’août. “Mais ce n’est pas suffisant”, a souligné Valerie Amos. «Pas quand on a affaire à des besoins de quelque 2,5 millions de personnes.”

Valerie Amos a indiqué que l’appel lancé par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) d'un montant de 180 millions de dollars, n'a été financé qu'à moitié. Elle a exhorté les partenaires internationaux à «contribuer plus généreusement» afin de pouvoir augmenter l’aide.

“Nous allons continuer à tout faire pour soutenir les personnes déplacées à l’intérieur et à l’extérieur de la Syrie”, a déclaré Valerie Amos. Elle a réitéré son appel à tous ceux qui sont engagés dans le conflit à respecter les civils et respecter le droit international humanitaire.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...