« La Route de l'Esclave » : briser le silence sur la traite négrière et l'esclavage

Écouter /

L'ignorance ou l'occultation d'événements historiques majeurs constitue un obstacle à la compréhension mutuelle, à la réconciliation et à la coopération entre les peuples. Aussi l’UNESCO a décidé de briser le silence sur la traite négrière et l'esclavage qui ont impliqué tous les continents et provoqué des bouleversements considérables en modelant en conséquence nos sociétés modernes.

Lancé en 1994 à Ouidah, au Bénin, le projet La Route de l'esclave poursuit un triple objectif: contribuer à une meilleure compréhension de ses causes et des modalités d'opération ainsi que des enjeux et des conséquences de l'esclavage dans le monde. (Afrique, Europe, Amériques, Caraïbes, l'océan Indien, Moyen Orient et Asie) ; mettre en lumière les transformations globales et les interactions culturelles issues de cette histoire ; et contribuer à une culture de la paix en favorisant la réflexion sur le pluralisme culturel, le dialogue interculturel et la construction des nouvelles identités et citoyennetés.

Selon l'UNESCO, la traite négrière est une tragédie fondatrice de notre monde moderne. Ce phénomène qui, du VIe au XXe siècle, a arraché des millions d'Africains à leur terre pour les déporter et les réduire en esclavage dans différentes régions du monde, est longtemps resté une histoire occultée. Par leurs luttes, leur désir de dignité et de liberté, les esclaves ont contribué à l’universalité des droits humains. Il faut enseigner, selon l'UNESCO, les noms des héros de cette histoire, car ils sont les héros de toute l'humanité.

(Extrait sonore : Ali Moussa-Iye, Directeur du projet « La Route de l'Esclave » ; propos recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazan

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
22/09/2017
Loading the player ...