Niger : l’ONU s’inquiète des inondations meurtrières et du choléra

Écouter /

Carte de l’état des inondations au Niger au 19 aout 2012.

Au moins 45 personnes sont mortes après des inondations causées par de fortes pluies depuis mi-juillet au Niger. Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) à Niamey, plus de 365 000 personnes ont été affectées par ces intempéries. La moitié des victimes sont mortes noyées et les autres ont péri dans l’effondrement de leur maison. La plupart des sans-abri sont relogés dans des écoles, des édifices publics ou chez des proches parents.

 

Les humanitaires onusiens craignent que cette catastrophe ait une « incidence négative sur la situation alimentaire », alors que le Niger est déjà depuis plusieurs mois frappé, comme d’autres pays du Sahel, par une nouvelle crise alimentaire qui touche environ six millions de ses habitants. Ces inondations affectent toutes les régions du Niger. Plus de 14.000 maisons se sont effondrées à travers le pays et 7.000 champs de céréales ont été endommagés, a précisé l’OCHA.

 

 La crue du Fleuve Niger et les fortes pluies du week-end dernie, rajoutent désormais Niamey et sa région à la liste des zones affectées par les inondations de la saison hivernale. L’agence onusienne a enregistré notamment cinq décès dans la capitale Niamey, confrontée la semaine passée à une crue exceptionnelle du fleuve Niger, et cinq décès à Zinder (centre-est). On estime à 38680 le nombre de personnes affectées à Niamey. Dans la capitale nigérienne, plus de 3 000 maisons ont été détruites et 25.000 hectares de champs inondés.

 

 Par ailleurs, la région de Tillabéry (ouest) continue d'enregistrer de nouveaux cas de choléra. L'épidémie reste persistante dans cette région riveraine du fleuve, qui est la plus touchée par la maladie depuis juin 2011. Du 13 au 19 août dernier, il a été enregistré 107 nouveaux cas dont quatre décès. Le cumul des cas notifiés au niveau des formations sanitaires de l'ensemble du pays est de 3.530 cas et 75 décès, soit une létalité de 2,1% de choléra. La région de Tillabéry, qui est la plus touchée, recense 3 511 cas et 70 décès, au cours de la même période.

 

(Interview : Modibo Traoré, Chef du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU à Niamey ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...