Mali : des centaines d'enfants recrutés par les groupes armés au Nord, selon l'UNICEF

Écouter /

Des centaines d’enfants sont recrutés par les groupes armés du Nord du Mali, s’est alarmée ce vendredi l’UNICEF, appelant toutes les parties à s’assurer que les enfants ne participent pas aux hostilités.

L'UNICEF a reçu des informations crédibles selon lesquelles des groupes armés dans le nord du Mali recrutent et utilisent de plus en plus d'enfants à des fins militaires. Alors qu'il est difficile d'en établir le nombre exact, des sources fiables ont déclaré que le nombre des enfants engagés se comptait en centaines et semblait s'accroitre.

En juillet, l'UNICEF indiquait qu'au moins 175 garçons, âgés entre 12 et 18 ans, avaient directement été associés à des groupes armés dans le Nord.

Ansar Dine (Défenseurs de l’islam), groupe islamiste armé allié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), occupent depuis fin mars tout le nord du Mali.

L'UNICEF a demandé à toutes les parties au conflit, les responsables et les membres de communautés de s'assurer que les enfants sont protégés des effets néfastes du conflit armé et qu'ils ne participent pas aux hostilités.

Quand un enfant participe activement aux hostilités, que ce soit comme combattant ou dans un rôle d'appui, il ou elle est pratiquement exposé à un risque élevé, avec à long terme un impact potentiellement négatif sur sa santé et son bien être.

Le recrutement et l'utilisation d'enfants de moins de 18 ans par les groupes armés sont interdits par la loi internationale et constituent un crime de guerre et un crime contre l'humanité si les enfants recrutés ont moins de 15 ans.

À travers le nord du Mali, le taux global de malnutrition reste l'un des plus élevés du pays, les écoles ont fermé pendant la majeure partie de l’année. Des dizaines de milliers de familles ont été arrachées à leurs foyers, exposées à la violence et à la détresse. Le choléra a fait surface le long du fleuve Niger. La résistance des communautés est tendue à l'extrême et à la limite de la rupture, avec des conséquences négatives pour les enfants et les femmes.

À mi août, l'UNICEF a à peine reçu 28 pour cent des 58 millions de dollars É.-U. de son appel d'urgence pour 2012.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève ; avec un extrait sonore de Virginia Perez, Chef de l'Unité Protection de l'enfance au bureau de l'UNICEF au Mali)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...