Kosovo : une situation marquée par le calme mais aussi le statu quo

Écouter /

Le Conseil de sécurité vote (Photo ONU Mark Garten)

 Le Conseil de sécurité a examiné ce matin la situation dans la province serbe du Kosovo. Les quinze ont d'abord entendu Farid Zarif, le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Kosovo, puis le Premier Ministre de la République de Serbie, Ivica Dachich, et le représentant de Pristina, Hashim Thaci. Le Conseil était saisi du rapport du Secrétaire général pour la période allant du 16 avril au 15 juillet. Il y est indiqué que la situation au Kosovo est demeurée généralement calme, mais qu'en raison des élections législative et présidentielle, du 6 et 20 mai, le dialogue entre Pristina et Belgrade a été durablement interrompu, tandis que des divergences sur la mise en oeuvre des accords conclus ont accru les tensions sur le terrain.

Durant son exposé, le Représentant spécial des Nations Unies au Kosovo, Farid Zarif est revenu sur la visite effectuée dans les Balkans par le Secrétaire général Ban Ki-moon, le mois dernier. Le diplomate afghan a appelé le Conseil de sécurité à encourager les dirigeants de la Serbie et du Kosovo à prendre une approche plus audacieuse pour les grandes questions politiques qui se posent dans la région, tout en mettant en place des mesures convenues sur des questions pratiques. «Je crois que ce n’est qu’en poursuivant ce chemin que l'on peut attendre de réels progrès, avec plus de succès», a-t-il déclaré.

“Un engagement international politique plus actif et déterminé avec les parties va très bientôt s'avérer nécessaire”, a poursuivi Farid Zarif, en introduisant le dernier rapport du Secrétaire général sur la Mission d’administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK), une mission qu’il dirige. Créée en 1999, la MINUK a pour mandat d’aider à assurer les conditions d’une vie pacifique et normale pour tous les habitants du Kosovo et promouvoir la stabilité régionale dans les Balkans occidentaux.

La MINUK a commencé ses opérations lorsque les forces de l'OTAN ont chassé les troupes yougoslaves au milieu de combats sanglants ethnique entre Serbes et Albanais, mais elle a renoncé à son rôle administratif en 2008, lorsque les Albanais du Kosovo ont déclaré unilatéralement leur indépendance. La Serbie rejette la déclaration d’indépendance du Kosovo.

Les quinze États Membres du Conseil de sécurité ont ensuite pris la parole et commenté le rapport du Secrétaire général. A l'instar du Représentant permanent adjoint du Maroc auprès des Nations Unies, Lofti Bouchaara, les intervenants ont souligné le calme précaire qui prévaut dans la province serbe. Ils ont également souligné le rôle joué par la MINUK, en faisant preuve pour la plupart d'un optimisme mesuré.

(Extrait sonore : Lofti Bouchaara, Représentant permanent adjoint du Maroc auprès des Nations Unies)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...