Conseil de sécurité : une présidence française sous le signe de la Syrie et du Mali

Écouter /

Gérard Araud, Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies et Président du Conseil de sécurité pour le mois d'août

Après la Colombie en juillet, la France présidera à New York le Conseil de sécurité au mois d'août. A cette occasion, le Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies, l'Ambassadeur Gérard Araud, a accepté de bonne grâce de se plier au jeu des questions-réponses sur les priorités de Paris et des membres du Conseil. A l'évidence, en cette période estivale, les crises syrienne et malienne vont nécessiter la vigilance des diplomates français en poste à New York et tester au quotidien leur capacité de réaction.

S'agissant de la crise syrienne, Gérard Araud se veut réaliste et pragmatique devant la situation de blocage que connaît le Conseil. Il rappelle que la répression et les violences se poursuivent depuis bientôt 18 mois et que la Chine et la Russie ont recouru à trois reprises déjà au veto pour bloquer un projet de résolution exigeant notamment de toutes les parties la cessation des hostilités et le respect des six points du Plan soumis par Kofi Annan, l'Envoyé spécial conjoint de l'ONU et de la Ligue des États arabes.

En ce qui concerne la crise malienne, le diplomate français souligne les liens étroits et anciens qui lient Paris à Bamako. Il insiste aussi sur l'importance de laisser les Africains ensemble aider le Mali à régler la crise et notamment l'organisation sous-régionale compétente, la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). A l’intiative de la France, les quinze ont adopté la résolution 2056, qui affirme la volonté du Conseil de sécurité d'apporter son soutien à la CEDEAO. Aussi, Paris et les autres membres du Conseil de sécurité attendent-ils désormais que la CEDEAO revienne vers eux et demande l'autorisation d'envoyer une force à Bamako. Selon des échos reçus de la présidence de la CEDEAO, il semblerait qu'une telle demande puisse être formulée très bientôt. Par conséquent, le Conseil de sécurité doit se tenir prêt, le moment venu, à examiner et répondre à la demande présentée par l'organisation sous-régionale.

Enfin, au chapitre des renouvellements des mandats des opérations de maintien de la paix, au cours du mois d'août, le Conseil de sécurité examinera la prorogation de celui de la FINUL, la Force intérimaire des Nations Unies au Liban.

(Interview : Gérard Araud, Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies, Président du Conseil de sécurité durant le mois d'août; propos recueillis par Jérôme Longué)

Le dernier journal
Le dernier journal
30/07/2014
Loading the player ...