Conseil de sécurité : les quinze en désaccord sur l'avenir de la mission de l'ONU en Syrie

Écouter /

À peine la démission de Kofi Annan posée les divergences se sont creusées entre les membres du Conseil de sécurité sur la nécessité ou non de prolonger la vie de la Mission intégrée de supervision des Nations Unies en Syrie.

Devant la presse, par interventions interposées se sont Vitali Churkin, l'ambassadeur de la Russie et Gérard Araud, Ambassadeur de France et Président du Conseil qui se disputent qui ont étalés leurs différences.

Gérard Araud dont le pays assure la présidence du Conseil de sécurité de l'ONU  au mois d'aout pense qu'il n'y aura pas d'accord. Il pense également que la mission disparaitra au 19 août, sauf changement sur le terrain, qui permettrait le maintien de la mission.

Sur la démission de Kofi Annan et la nomination d'un successeur, Gérard Araud estime qu'il appartient au Secrétaire général de l'ONU en coordination avec la Ligue Arabe de nommer éventuellement un successeur à Annan.

La position de Vitali Churkin sur la viabilité de la mission de l'ONU en Syrie est diamétralement opposée. Contrairement à la France, il estime que la mission est utile sur les plan humanitaire et communautaire et se pose des questions sur les raisons réelles qui poussent certains membres du Conseil de sécurité à l'achever.

 Pour sa part, le patron du maintien de la paix à l'ONU, Hervé Ladsous a fait part du souhait de Ban Ki-moon de voir une mission de l'ONU aussi réduite soit-elle demeurer opérationnelle sur le terrain.

 Mise en perspective de Maha Fayek

Classé sous Conseil de sécurité, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...