Asie de l’Est et Pacifique : l'UNICEF prévient des conséquences des maltraitances des enfants

Écouter /

La prévalence élevée des abus physiques a un impact durable sur les vies de nombreux enfants en Asie de l’Est et dans le Pacifique, conclut un rapport qui sera rendu public mercredi par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

Intitulé « Maltraitance de l’enfance : prévalence, fréquence et conséquences en Asie du Sud et dans le Pacifique », le rapport collecte une série d’études menées par des experts et des universitaires depuis une décennie sur la maltraitance des enfants dans la région.

« La maltraitance de l’enfance a des conséquences négatives sur le long terme, non seulement pour les enfants souffrant des abus, mais aussi pour les familles et les sociétés dans lesquelles ils vivent, a indiqué la spécialiste de la protection de l’enfance de l’UNICEF pour la région, Amalee McCoy. « Comprendre la prévalence de la maltraitance est une première étape pour identifier les mesures à prendre afin de garantir la sûreté des enfants », a-t-il expliqué.

Près de 580 millions d’enfants vivent en Asie de l’Est et dans le Pacifique, soit un quart des enfants du monde regroupés dans une des régions les plus densément peuplées et culturellement diversifiées du monde.

Le rapport révèle que la fréquence des sévices à l’encontre des enfants varie grandement selon les pays. Le meilleur cas de figure suggère qu’environ un enfant sur 10 a connu des violences physiques, le pire conclut à 30,3%.

Selon l’UNICEF, la prévalence élevée de la maltraitance de l’enfance dans la région est « alarmante ». Au nombre des autres conclusions, le rapport établit qu’entre 14 et 30% des garçons et des filles subissent des violences sexuelles.

« Nous devons renforcer les systèmes nationaux de protection de l’enfance afin de venir en aide à ceux qui sont déjà exposés à des violences et de créer un environnement sûr où les abus sont combattus et les risques de violence atténués », a préconisé Mme McCoy.

Les lésions et traumatismes causés par les abus sexuels et physiques souvent très graves durent une vie entière, relève l’UNICEF. Les enfants concernés sont beaucoup plus enclins à la dépression et à expérimenter des troubles psychologiques, à faire des tentatives de suicide, à développer des symptômes physiques plus nombreux et à s’engager dans des comportements à risques.

Les conclusions du rapport devaient être examinées par des experts de la protection de l’enfance des gouvernements de la région, du système des Nations Unies et de la société civile au cours d'une réunion tenue ce mercredi à Bangkok, en Thaïlande.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

Classé sous Femmes et enfants, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...