Syrie : la décision de réduire de moitié le nombre d'observateurs de l'ONU est temporaire, souligne Hervé Ladsous

Écouter /

Hervé Ladsous, Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix

L’Organisation des Nations Unies n’est pas prête de plier bagages et de rentrer à la maison a déclaré ce jeudi à Damas, Hervé Ladsous, aux journalistes en notant que les observateurs renvoyés chez eux cette semaine pourraient être rappelés, si les circonstances en Syrie le permettent.

“Nous nous sommes retrouvés avec beaucoup de gens et pas assez à faire», a indiqué Hervé Ladsous, le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, lors d'une conférence de presse dans la capitale syrienne.

La décision d’envoyer la moitié des 300 observateurs de la Mission de supervision de l’ONU en Syrie (MISNUS) dans leurs foyers été prise en raison des contraintes auxquelles ils sont confrontés, en particulier en termes de sécurité, a-t-il déclaré, ajoutant que le retrait était temporaire.

“Si les circonstances changent, et c’est notre espoir sincère, alors tous ces gens vont être rappelés au travail,” a-t-il dit.

Créé par le Conseil de sécurité en Avril, la MISNUS a récemment suspendu ses patrouilles régulières en raison de l’escalade de violence en Syrie, où plus de 10.000 personnes, essentiellement des civils, ont été tués et des dizaines de milliers de personnes déplacées depuis le soulèvement contre le président Bachar al-Assad entamé il y a 16 mois.

La semaine dernière, le Conseil de sécurité a prolongé le mandat de la MISNUS de 30 jours. La Mission est chargée de surveiller la cessation de la violence en Syrie, ainsi que le suivi et le soutien de la mise en œuvre intégrale du plan de paix en six points proposé par l’Envoyé spécial conjoint de l’ONU et de la Ligue des États arabes pour la crise syrienne, Kofi Annan.

Hervé Ladsous, qui est arrivé en Syrie cette semaine, a exprimé son inquiétude au sujet des rapports de “niveaux très élevés de violence”, à la fois à Damas, ainsi que à Alep, Deir E-Zour et Homs.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...