Syrie : 1500 réfugiés franchissent chaque nuit la frontière jordanienne

Écouter /

Ce nouveau camp de Za'atri au Nord de la Jordanie peut éventuellement recevoir 113,000 réfugiés-(Photo:UNHCR-A.McDonnell)

Les combats font rage à Alep, la plus grande ville de Syrie. Des milliers de personnes sont terrées dans les bâtiments publics, alors que des milliers d’autres fuient chaque jour vers des pays voisins qui tentent de faire face à l’afflux croissant. En Jordanie, 1 500 personnes en moyenne arrivent chaque nuit via des points informels de passage frontière, principalement depuis le gouvernorat de Dara’a au sud de la Syrie.

Les Syriens sont nombreux à tenter de fuir leur pays en raison de l'intensité et de l'étendue des combats dans leur pays. La Jordanie estime à 140 000 le nombre de réfugiés syriens, mais seuls 50 000 se sont enregistrés auprès du HCR.

Selon Mélissa Fleming, porte-parole du HCR, en raison de l'afflux des Syriens et pour assurer la sécurité de ces réfugiés, Amman a ouvert le camp de Zaatari, situé à Mafraq, près de la frontière avec la Syrie. Un camp qui peut accueillir jusqu’à 113.000 réfugiés. Jusque là, les nombreux réfugiés étaient hébergés et pris en charge par la communauté locale jordanienne. Mais les ressources limitées des populations d'accueil et le flux constant de réfugiés syriens rendent cette situation extrêmement précaire. Plus de 750 Syriens y ont déjà été transférés depuis deux centres de transit.

Jusqu’à ce week-end, quelque 10 000 réfugiés syriens vivaient dans quatre centres de transit surpeuplés, localisés près de la frontière entre la Jordanie et la Syrie.

Dans un communiqué rendu public à Genève, le HCR indique avoir « constaté une forte augmentation du nombre de femmes et d’enfants, la majorité d’entre eux ayant énormément souffert en Syrie ». « Nous ne voulons évidemment pas accueillir des réfugiés ayant tant souffert dans un camp comme celui de Za’atri situé dans une région au climat difficile, mais nous n’avons pas le choix », a déclaré Andrew Harper, Représentant du HCR en Jordanie. « Nous sommes les premiers à admettre qu’il est situé dans une région aride où règnent des températures brûlantes. Personne ne veut placer une famille qui a déjà tant souffert sous une tente dans le désert, mais nous n’avons pas le choix. Nous sommes prêts à fournir une assistance essentielle et une protection maximale, mais nous devons travailler avec ce dont nous disposons. »

(Mise en perspective d'Ambre Benais à Genève ; avec un extrait sonore de Mélissa Fleming, porte-parole du HCR)

Classé sous L'info, Maintien de la paix.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...