Sahel: L'UNICEF préoccupé par les risques de propagation du choléra chez les enfants

Écouter /

Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) a mis en garde, ce mardi à Genève, contre le risque d’augmentation des cas de choléra chez les enfants dans la région du Sahel alors que depuis le début de l’année, 700 personnes sont mortes de la maladie en Afrique Centrale et en Afrique de l’Ouest. Une recrudescence récente du choléra qui n'a pas épargné les pays du Sahel où la maladie a tué plus de 60 personnes sur les 2800 personnes touchés par le choléra, dans une région où des milliers d'enfants souffrent encore de malnutrition.

Depuis la mi-juin, le nombre de personnes touchées par cette maladie mortelle transmissible par l’eau a explosé au Sahel, au sud du Sahara. « Si nous attendons que le nombre de cas de choléra explose avant d’agir, ce sera trop tard pour maîtriser l’épidémie », a souligné un responsable de l’UNICEF pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique Centrale, le Dr Guido Borghese, cité dans ce communiqué de presse.

Depuis le début de l’année, le choléra a tué environ 700 personnes en Afrique de l’Ouest et en Afrique Centrale et plus de 29.000 cas ont été rapportés, a déclaré l’agence onusienne, ajoutant que le début de la saison des pluies avait aggravé la situation.

Les problèmes sont plus importants dans les régions en bordure du fleuve Niger où le ministre de la Santé du pays a recensé trois fois plus de malades pour le premier semestre 2012 que durant la même période en 2011. L’UNICEF s’inquiétait déjà en mars que le choléra puisse atteindre le Sahel étant donné le nombre élevé de personnes souffrant de malnutrition.

Rien qu’au Niger, environ 400 000 enfants auront besoin d’un traitement cette année pour survivre à une grave malnutrition, a indiqué l’UNICEF. Le nombre important de personnes fuyant les combats dans le Nord du Mali augmente le risque de propagation du choléra, selon l’UNICEF.

« La malnutrition, les déplacements et maintenant la pluie dans plusieurs zones du Sahel créent un terrain très favorable pour le choléra qui frappe plus durement les enfants », a déclaré le Directeur régional de l’UNICEF en Afrique Centrale et Afrique de l’Ouest, Manuel Fontaine. « A moins de redoubler d’efforts immédiatement, le choléra continuera de tuer les familles les plus vulnérables dans le Sahel et de s’étendre aux autres populations avec un effet dévastateur. »

L’UNICEF a déclaré avoir urgemment besoin de financements pour traiter l’eau. Depuis le début de l’année, 94.000 personnes dans neuf pays du Sahel ont reçu ce type d’aide.

L’année dernière, plus de 67.000 cas de choléra ont été rapportés, surtout dans la région du lac Tchad (Niger, Nigeria, Cameroun, Tchad), faisant 2.153 victimes.

Pour toutes ces opérations au Sahel, l'UNICEF a besoin de 146 millions de dollars américains.

(Interview : Laurent Duvillier, porte-parole du Bureau de l’UNICEF en Afrique de l’Ouest et du Centre ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Classé sous Dossiers, Santé.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...