Rwanda : une experte plaide pour un réaménagement du territoire respectueux des droits humains

Écouter /

La Rapporteuse spéciale des Nations Unies pour le droit au logement, Raquel Rolnik, a identifié vendredi les questions de la réinstallation des personnes déplacées et de la réforme agraire comme les deux principaux défis à relever pour consolider la paix et la stabilité au Rwanda.

« Le processus de réinstallation des personnes déplacées dans le cadre de la politique de réaménagement des zones rurales et de planification urbaine de la capitale Kigali doit être entrepris avec précaution pour qu’il contribue à la consolidation de la paix, de la stabilité et de la réconciliation au Rwanda », a souligné Raquel Rolnik dans un communiqué de presse publié à l’issue de sa première mission officielle dans ce pays.

L’experte indépendante de l’ONU a salué l’initiative du gouvernement rwandais de lancer une réforme agraire, mais a également souligné la nécessité pour celui-ci de tenir compte de la situation future des personnes concernées par ce réaménagement pour éviter les tensions sur le long terme.

« J’appelle les autorités rwandaises à mettre en œuvre leur politique de consolidation foncière sur la base de consultations et dans le respect des droits de l’homme. La participation doit être volontaire et non basée sur la coercition », a affirmé Raquel Rolnik.

La Rapporteuse spéciale s’est notamment déclarée préoccupée par les nombreuses atteintes, au Rwanda, aux libertés d’expression et d’association pour les militants du droit au logement. Elle a souligné que les autorités devraient ménager un plus vaste champ d’action aux organisations de la société civile, afin d’assurer que les politiques et les programmes du gouvernement bénéficient d’un soutien populaire.

« La consolidation foncière a le potentiel d’améliorer les conditions de vie des gens grâce à une meilleure planification et organisation. Il y a cependant un risque que cela attise la convoitise de l’industrie agroalimentaire et que la propriété foncière se concentre entre les mains de quelques grands propriétaires, ce qui provoquerait un exode rural », a prévenu Raquel Rolnik.

Durant sa mission de neuf jours au Rwanda, Raquel Rolnik a rencontré des représentants de haut-niveau du gouvernement du Rwanda et d’ONG, des universitaires et chercheurs indépendants, ainsi que des membres du personnel des agences de l’ONU sur le terrain.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...