Moyen-Orient : le Conseil de sécurité demande à Israël et au Liban de régler les questions en suspens

Écouter /

Le Conseil de sécurité (UN Photo/JC McIlwaine)

Le Conseil a jugé mercredi encourageant le fait que la stabilité continue de prévaloir de part et d’autre de la Ligne bleue séparant Israël et le Liban, exhortant toutefois les parties à avancer dans l’examen des questions en suspens liées à la mise en œuvre des résolutions pertinentes du Conseil.

Dans une déclaration adressée dans la soirée à la presse, les membres du Conseil ont exhorté les deux pays « à continuer d’œuvrer dans le cadre du mécanisme tripartite de manière à progresser tangiblement quant au tracé de la Ligne bleue. »

Cette déclaration faisait suite à une séance à huis clos du Conseil, au cours de laquelle ses membres ont entendu un exposé du Coordonnateur spécial pour le Liban, Derek Plumbly, et du Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, sur le dernier rapport en date du Secrétaire général sur la mise en œuvre de la résolution 1701 (2006) du Conseil.

La résolution appelle au respect de la Ligne bleue, au désarmement de toutes les milices au Liban et à mettre fin au trafic illicite d’armes dans cette zone. Bien que la résolution ait été dans l’ensemble respectée au cours des six dernières années, peu de progrès ont été réalisés vers un cessez-le-feu permanent.

À l’issue de l’exposé, Derek Plumbly a souligné devant les médias l’importance des activités menées par la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) avec les parties pour continuer à maintenir le calme le long de la Ligne bleue, tout en se disant préoccupé par la persistance de questions en suspens.

Les membres du Conseil se sont également félicités de l’initiative prise par le Président Suleiman de réunir à nouveau le Dialogue national des dirigeants politiques libanais ainsi que des déclarations adoptées à l’issue des deux premières réunions et attendent avec intérêt la poursuite de ce processus.

« L’engagement des dirigeants du pays à préserver le Liban de l’impact des tensions régionales en cette période difficile est particulièrement important », ont-ils jugé.

Les membres du Conseil se sont enfin dits préoccupés par les incidents répétés liés aux tirs transfrontaliers, aux incursions, aux enlèvements et au trafic d’armes de part et d’autre de la frontière libano-syrienne, ainsi qu’à d’autres violations transfrontières. Ils ont souligné l’importance du plein respect de la souveraineté, de l’unité et de l’intégrité territoriale du Liban et de l’autorité de l’État libanais conformément aux résolutions du Conseil.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...