MISNUS : l'heure du bilan

Écouter /

Kofi Annan, l'Envoyé spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des États arabe pour la crise en Syrie (Photo ONU/Jean-Marc Ferré)

Un plan de Kofi Annan en 6 points a été proposé en vue d'une sortie de crise; avec l'aval de la Syrie ; une Mission de supervision des Nations Unies en Syrie a été créée, avec pour mandat de contrôler le respect par toutes les parties de la cessation de toutes formes de violence et plus tard un groupe d'action pour examiner la possibilité d'une transition pacifique a été constitué; mais rien n'y fait… Les violences perdurent et semblent s’aggraver.

Les bilans parlent d’au moins 16 000 morts, d'un million et demi de personnes ayant besoin d’aide humanitaire et de 100 000 réfugiés dans les pays voisins.

Mais Kofi Annan qui lui a été impliqué depuis trois mois seulement ne veut pas baisser les bras même s'il reconnaît que la réussite est loin d'être au rendez vous.

Un infatigable Émissaire spécial des Nations Unies et de la Ligue des États arabes pour la Syrie qui explore toutes les possibilités et demande de l'aide aux voisins de la Syrie même si ceux-là se dénomment Iran et Iraq.

Kofi Annan vient justement d'effectuer une visite dans ces deux pays. À Baghdad il a obtenu le soutien de Nouri Al-Maliki à son plan de sortie de crise. Et avant son étape irakienne, Kofi Annan s’est rendu en Iran, solide allié de la Syrie qui a réaffirmé son soutien total au plan Annan et estimé qu’il devait être mené “jusqu’au bout” afin de ramener la stabilité dans la région.

Mise en perspective de Maha Fayek

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...