Mieux investir dans la santé procréative

Écouter /

En cette Journée mondiale de la population, Ban Ki-moon estime qu’investir dans l’accès universel à la santé procréative, c’est investir dans des sociétés en bonne santé et dans un avenir mieux assuré.

Actuellement, dans les pays en développement, seule une femme sur trois vivant à la campagne reçoit les soins dont elle a besoin durant sa grossesse. Souvent liées à la pauvreté et au manque d’éducation, les grossesses précoces sont toujours courantes dans la plupart des régions du monde.

Plus de 200 millions de femmes et d’adolescentes n’ont pas accès aux contraceptifs et les programmes de planification familiale volontaire sont à court de ressources à peu près partout, d'où l'appel de Ban Ki-moon aux États pour qu'ils investissent dans l’accès universel à la santé procréative.

Selon les chiffres du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), chaque jour, environ 800 femmes meurent durant la grossesse ou l’accouchement de complications pourtant facilement évitables. Et, pour chaque femme qui meurt, environ 20 autres souffrent de lésions débilitantes liées à l’accouchement, comme la fistule obstétricale

(Mise en perspective de Maha Fayek)

Classé sous Femmes et enfants, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...