La société civile accuse les FARDC de pillage à Walikale

Écouter /

Patrouille des FARDC (Photo : Radio Okapi/John Bompengo)

La société civile du territoire de Walikale (Nord-Kivu) a accusé, ce vendredi 20 juillet, des militaires des Forces armées de la RDC (FARDC) de s'être livrés aux actes de pillage et représailles contre la population civile après la reprise de Walikale-centre.

70% de la population locale, qui avait fui les combats en brousse, ont regagné leurs habitations mais d'autres craignent encore pour leur sécurité, selon des sources sur place.

Le porte-parole des FARDC au Nord-Kivu, colonel Olivier Hamuli, a lancé un appel aux militaires de ne pas tracasser la population et de respecter la mission de l'armée, celle « d'assurer l'intégrité du territoire national ».

« Nous appelons les militaires à ne pas se venger contre la population qui, soit disant, était de mèche avec les Raïa Mutomboki. Ces genres de représailles sont interdits et ceux là qui seront coupables subiront la rigueur de la loi », a averti cet officier des FARDC.

Le colonel Olivier Hamuli a indiqué qu'il y a un parquet militaire détaché à Walikale qui, avec ses services spécialisés, va vérifier ces allégations sur terrain afin de traduire les coupables devant la justice.

Le porte-parole des FARDC au Nord-Kivu a également demandé à la population de faire confiance à l'armée.

L'armée régulière a repris le contrôle de la cité de Walikale-centre, jeudi 19 juillet, en délogeant les miliciens Raïa Mutomboki qui occupaient les lieux depuis le mardi dernier.

Les habitants de la cité rapportent que les combats ont duré près de cinq heures. Après les combats, indiquent certains témoins, les Maï-Maï ont fui en direction de la localité de Nyasi située à 12 km de Walikale-centre.

(Reportage de Gisèle Kaj de Radio Okapi)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...