Jeux olympiques : des ''paquets cadeaux ''contre la traite des êtres humains

Écouter /

A Londres, près de 10.000 athlètes originaires de plus de 200 pays et des milliards de téléspectateurs s'apprêtent à vivre la grandiose cérémonie d'ouverture des 30èmes Jeux olympiques d'été. L'ONU participe aussi à ce rendez-vous planétaire.

D'abord en la personne de son Secrétaire général, Ban Ki-moon qui, après avoir participé jeudi au relais de la torche olympique, sera présent ce soir dans le stade olympique pour le lancement officiel des Jeux. Ensuite, avec les agences onusiennes. A l'instar du Bureau international du travail (BIT) qui à travers les sites olympiques et dans Londres, montre et expose des ”paquets cadeaux”, des ”Gift Boxes” pour sensibiliser le public à la traite des êtres humains et du travail forcé.

Il faut savoir que près de 21 millions d'hommes, femmes et enfants sont victimes de ce fléau qui n'épargne aucun pays dans le monde, souligne l’Organisation internationale du travail (OIT). Un négoce pour lequel 90% des victimes sont exploitées par des particuliers et des entreprises privées, 10% étant réduites au travail forcé par l'Etat, par des factions militaires rebelles, ou emprisonnées dans des conditions qui violent les normes fondamentales de l'OIT. Au total, l'exploitation sexuelle représente 22% des victimes et l'exploitation du travail le reste, soit 68%.

La partie extérieure de ces installations d'art en forme de boîtes arbore des couleurs vives et toutes sortes de messages et promesses, tels que «Gagne plus d'argent et soutiens ta famille». A l’intérieur, sur les panneaux en noir et blanc, sont affichés des visages de victimes, leurs récits, et des informations sur la traite des êtres humains.

Au total cinq boîtes ont été installées, trois à Londres près de l’Abbaye de Westminster, dans la Cathédrale Saint-Paul et près du Pont de Londres, les deux autres étant itinérantes, seront exposées dans différents lieux y compris lors des compétitions et événements olympiques.

Plus de 400 volontaires ont été formés pour aider, à animer et déplacer ces installations, qui sont le produit d'une collaboration entre les militants de “Stop the Traffik” et l’Initiative globale pour combattre la traite des êtres humains (UN.GIFT).

(Extrait sonore : Michaelle De Cock, consultante auprès de l’OIT, experte en matière de trafic des êtres humains ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...