FAO : la protection sociale et la résilience aux changements climatiques, facteurs de sécurité alimentaire

Écouter /

Le Comité de la sécurité alimentaire mondiale de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), forum des Nations Unies chargé d’examiner et assurer le suivi des politiques relatives à la sécurité alimentaire mondiale, a diffusé mercredi deux rapports préparés par son panel d’experts de haut niveau.

Le premier exhorte tous les pays à développer leur propre stratégie de gestion du changement climatique et de ses risques, alors que le second recommande à tous les pays d’élaborer et de mettre en œuvre un système juridique de protection sociale généralisée afin d’offrir à tout citoyen une chance de mener une vie active et de jouir d’une bonne santé.

« La capacité d’endurance des pays pauvres doit être renforcée, car ce sont les populations de ces pays qui seront les premières touchées par les conditions climatiques adverses. Des actions seront nécessaires pour sauvegarder les vies et les moyens de subsistance des communautés côtières et il faudra réinstaller les réfugiés climatiques partout où ce sera nécessaire », a affirmé le panel d’experts dans le rapport.

Ses auteurs soulignent que la production alimentaire devra être isolée autant que possible de l’impact du changement climatique, notamment en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud, qui figurent parmi les régions les plus vulnérables aux changements de température et aux précipitations. Ce sont également les régions où le taux de malnutrition est le plus élevé du monde.

Le second rapport souligne l’importance de la protection sociale pour la sécurité alimentaire.

« Ce sont à présent les gouvernements qui prennent la responsabilité de prendre des mesures sociales pour prévenir la faim provoquée par la pauvreté alors qu’auparavant, c’étaient les familles et les communautés qui protégeaient leurs membres les plus vulnérables », relèvent ses auteurs.

A l’échelle mondiale, le rapport recommande au Comité de la sécurité alimentaire mondiale de contribuer à la création d’un « guide annuel de la protection sociale » qui fournirait des données sur les étapes franchies par les différents pays pour réaliser l’objectif de la sécurité alimentaire durable grâce à une approche et à des prestations tenant compte des droits des personnes et du cycle de vie.

Les indicateurs pour mesurer l’impact des programmes de filets de sécurité sociaux devraient inclure, selon le rapport, un audit tenant compte du critère de la parité.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...