Criminalité transnationale : une vidéo pour sensibiliser les populations

Écouter /

Les Nations Unies lancent ce 16 juillet une nouvelle campagne de sensibilisation sous forme d'un spot vidéo d'une minute dans plusieurs langues, dont le français. Le clip diffusé notamment sur YouTube, ressemble à s'y méprendre à la bande-annonce d'un film policier pour bien montrer les diverses facettes du fléau tentaculaire de la criminalité transnationale organisée et montrer à chacun qu'il peut, souvent sans rendre compte, témoin, complice ou victime du trafic d'êtres humains, de drogue ou de la contrefaçon.

L'Office des Nations Unies pour la drogue et le crime (ONUDC), basé à Vienne, en Autriche, constitue le bras armé de l'ONU contre la criminalité et les trafics en tous genres notamment celui de la drogue. A travers cette campagne, l'Office cherche à montrer d'abord l'ampleur du phénomène de la criminalité transnationale organisée : un fléau qui représente un chiffre d'affaires annuel de 870 milliards de dollars. En fait, c'est l'équivalent d'un tiers du Produit intérieur brut (PIB) de la France en 2011, c'est six fois le montant de l'Aide publique au développement (APD), ou encore 7% des exportations mondiales de marchandises.

Par cette campagne, l'ONUDC, vise aussi à sensibiliser le public, au-delà des coûts économiques, à l’impact humain de cette menace. Parce que concrètement, la criminalité organisée dans le monde cela veut dire la traite des personnes, le trafic illicite de migrants, la contrefaçon, de produits de luxe mais aussi de médicaments, la drogue, la criminalité environnementale avec les trafics de bois précieux, d'animaux et aussi le trafic d'armes qui font tant de ravage lors des conflits.

Selon les estimations de l'ONUDC, le trafic de drogue, avec 320 milliards de dollars par an, est l'activité criminelle la plus lucrative. Viennent ensuite la contrefaçon, avec 250 milliards de dollars et le trafic d'être humains, qui, toujours selon des estimations représenterait 32 milliards de dollars par an. Il y a aussi l'exploitation illégale de l'environnement, avec notamment le trafic de bois précieux, qui génère bon an, mal an, 3,5 milliards de dollars rien que dans le Sud-Est asiatique. Au chapitre du pillage des ressources naturelles et du braconnage, on peut aussi parler du trafic de l’ivoire provenant des défenses des éléphants et des cornes de rhinocéros en Afrique, mais aussi des tigres en Asie qui sont pourtant en voie d'extinction. Ce marché tourne autour de 75 millions de dollars chaque année.

Pour ce qui est de la contrefaçon, l'ONUDC, évalue le montant d'activités généré par les cartels, mafias et autres organisations criminelles, à 250 milliards de dollars. En clair ce sont les produits de luxe, sacs, montres, foulards, parfums. Autant de manque à gagner pour les entreprises, mais aussi et surtout pour les ouvriers, sans compter que les clients, plus ou moins au courant de ces pratiques, sont aussi victimes de ce trafic. Mais au-delà de tout çà, au-delà des aspects économiques, financiers, des manques à gagner, de ces données monétaires, il y a aussi et surtout, le coût humain qui est associé aux méfaits de la criminalité transnationale organisée. C'est ce qu'en fin de compte la campagne et le clip vidéo cherchent à montrer : derrière chaque activité criminelle, il y a des victimes, des vies brisées.

(Interview : Preeta Bannerjee, chargée de l'information à l'Office des Nations Unies contre la drogue et le Crime, Vienne; propos recueillis par Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...