Cameroun /sécurité alimentaire : passer des mesures d'urgence à des solutions à long terme

Écouter /

Des enfants se regroupe autour d'une source d'eau à Mbouda au Cameroun, lors d'une période de sécheresse.(Photo : IRIN)

Alors que les soubresauts de la crise des prix alimentaires de 2008 s’éloignent, , il est temps que le Cameroun passe à des mesures d'investissement sur le long terme pour garantir la sécurité alimentaire de sa population, a déclaré le Rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à l’alimentation, Olivier De Schutter, à l’issue d’une mission de sept jours dans ce pays.

Le Rapporteur constate que malgré les mesures prises après la crise et la hausse des revenus, les indicateurs sur la sécurité alimentaire restent au rouge.

Dans les trois provinces du Nord, seuls 81% des ménages sont en situation de sécurite alimentaire à la suite des aléas climatiques ; et, pour l'ensemble du pays, Olivier De Schutter constate des fortes disparités entre les zones rurales et les zones urbaines, car les petits éleveurs et agriculteurs ont du mal à bénéficier des programmes de l'État.

Pour Olivier De Schutter il est temps de passer des mesures d'urgence pour absorber le choc de la crise à des solutions durables.

Aussi, le Rapporteur spécial appelle-t-il le gouvernement à établir un programme de protection sociale pour l'ensemble de sa population, à donner les moyens aux petits producteurs d'écouler leurs produits sur les marchés en développant les voies de communications, et la mise en place de mesures agro-écologiques afin de contrecarrer les crises liées au climat qui deviennent la règle plutôt que l'exception.

(Interview : Olivier De Schutter, Rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à l’alimentation ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...