Ahmad Fawzi : les difficultés sont là mais l'ONU ne baisse pas les bras

Écouter /

Kofi Annan et son porte-parole, Ahmad Fawzi (à gauche)

Non sans mal, avec toujours des divergences sur le sort de Bachar al-Assad, le Groupe d'action sur la Syrie s'était réuni le 30 juin à Genève et était parvenu à un accord posant les principes de la transition dans le pays; cependant, ni la presse officielle ni l'opposition syrienne n'y croient, alors qu'à l'ONU, Ahmad Fawzi, le porte-parole de Kofi Annan, estime que la réunion de Genève a « ouvert la voie vers une possible solution, même si cela ne sera pas facile ».

Côté russe et chinois, on n'entend pas tout à fait le même son de cloche puisque l'on réaffirme que seuls les Syriens peuvent décider de leur avenir. De son côté Navi Pillay, la Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, réitère son appel à renvoyer la situation en Syrie à la Cour pénale internationale en soulignant la nécessité de veiller à ce que les auteurs de violations graves des droits de l'homme soient tenus pour responsables de leurs actes.

(Mise en perspective de Maha Fayek; avec un extrait sonore d'Ahmad Fawzi, porte-parole de Kofi Annan)

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...