Zone euro : la crise de la dette menace gravement l'économie mondiale, selon l'ONU

Écouter /

La crise de la dette dans la zone euro demeure la plus grave menace pour l'économie mondiale. Une escalade de la crise pourrait entraîner de graves remous sur les marchés financiers et une forte poussée de l'aversion pour le risque. Cela conduirait à un nouvel affaiblissement de la croissance mondiale, affirme l'ONU son nouveau rapport intitulé: « Situation et perspectives de l'économie mondiale 2012 » publié jeudi 7 juin.

Dans ce document, les experts de l'ONU notent que la situation économique du monde reste préoccupante. A la suite d'un ralentissement marqué en 2011, la croissance économique mondiale restera probablement faible en 2012, la plupart des régions progressant à un rythme inférieur à leur potentiel. Le produit mondial brut (PMB) devrait connaître une croissance de 2,5% en 2012 et de 3,1% en 2013, après avoir atteint 2,7% en 2011. Ces projections de croissance économique représentent une révision légèrement à la baisse de celles présentées en janvier 2012.

La plupart des pays développés ont toujours des difficultés à surmonter les problèmes économiques générés par la crise financière mondiale de 2008-2009. Le rapport énumère quatre faiblesses principales qui continuent de faire obstacle à une reprise économique forte.

Tout d'abord le processus de désendettement entrepris par les banques, les entreprises et les ménages continue à affaiblir les flux de crédit, ainsi que la demande de consommation et d'investissement.

Deuxièmement, le taux de chômage demeure élevé et représente à la fois une cause et une conséquence de l'absence de reprise économique.

Troisièmement, les mesures d'austérité budgétaire prises pour tenter d'enrayer la hausse des dettes publiques, non seulement affaiblissent la croissance économique, mais compliquent encore davantage les efforts pour réduire la dette.

Et quatrièmement, la vulnérabilité des banques aux dettes souveraines, combinée à la faiblesse de 'économie mondiale, perpétue la fragilité du secteur financier, qui renforce la marche forcée vers le désendettement.

Ce rapport de l'ONU souligne que les pays développés, en particulier en Europe, continuent de rencontrer des difficultés pour sortir de ce cercle vicieux. Même si une aggravation et la propagation de la crise des dettes souveraines dans la zone euro peuvent être évitées, l'activité économique dans l'Union européenne devrait stagner en 2012.

Le rapport prévoit que la croissance du commerce mondial ralentira encore en 2012, pour atteindre 4,1%, contre 13,1% en 2010 et 6,6% en 2011. Dans le contexte d'une demande extérieure qui faiblit et d'une incertitude croissante à l'échelle mondiale, les pays en développement et les économies en transition devraient connaître un ralentissement sensible de leur croissance, respectivement à 5,3% et 4,0%, en 2012. La croissance économique moyenne de ces pays devrait ensuite se redresser légèrement, à condition que les risques mentionnés ne se réalisent pas.

(Extrait sonore : Pierre Kohler de la Division de l'analyse des politiques de développement du Département des affaires économiques et sociales de l'ONU ; propos recueillis par Frédéric Choinière)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...