UNICEF : augmenter l'espérance de vie des enfants grâce aux interventions de base

Écouter /

La vie de plus de deux millions d'enfants par an, pourrait être sauvée dans les 75 pays qui connaissent le plus haut taux de mortalité, si l'on menait une lutte plus concertée conter la pneumonie et la diarrhée, d'après le nouveau rapport de l'UNICEF publié vendredi 8 juin et intitulé «Pneumonie et diarrhée : s'attaquer aux maladies les plus mortelles pour les enfants les plus pauvres ».

Le rapport insiste notamment sur la possibilité de réduire l'écart entre le sort des enfants riches et des enfants pauvres.

Il s'agit, selon l’UNICEF, de muscler les mesures de prévention de base telles que la vaccination, l’allaitement maternel, le lavage des mains au savon, l’accès à l’eau potable ou encore la distribution de sels de réhydratation.

Selon l'UNICEF, près d’un tiers des enfants âgés de moins de cinq ans dans le monde, soit deux millions d'enfants par an, meurent suite à la pneumonie et à la diarrhée. De plus, 90% de ces morts ont lieu en Afrique sub-saharienne ou en Asie du sud.

Le rapport constate qu'à travers les pays en développement les enfants pauvres ont beaucoup moins de chance d'accéder à ces interventions de base.

Moins d'un tiers des enfants souffrant de pneumonie reçoivent un traitement antibiotique ; alors qu'à peine un tiers de ceux souffrant de diarrhée dans ces pays reçoivent de sels de réhydratation, un traitement de première ligne qui est pourtant très bon marché.

Aussi, souligne l'UNICEF, moins de 40% des bébés de moins de six mois sont nourris exclusivement au sein, alors que cela constitue le moyen le plus simple de protection naturelle.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

Classé sous Femmes et enfants, L'info, Santé.
Le dernier journal
Le dernier journal
20/08/2014
Loading the player ...