Syrie: prendre toutes les mesures possibles pour une issue politique à la crise, selon la Ligue des États arabes

Écouter /

Nabil al-Araby, Secrétaire général de la Ligue des États arabes

“Le Conseil de sécurité doit prendre ses responsabilités et prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir l'adhésion au Plan de paix de Kofi Annan”, a déclaré Nabil al-Araby, l'actuel Secrétaire général de la Ligue des États arabes, venu s'adresser à l'Assemblée générale des Nations Unies à New York, jeudi 7 juin, pour exprimer le point de vue de son organisation face à l'extrême détérioration de la situation en Syrie.

Cela fait 18 mois que la crise et la violence syrienne perdurent et près d'un an que les États de la Ligue arabe œuvrent pour trouver une sortie de crise politique –d'abord avec leur propre plan, puis avec celui de l'Envoyé spécial conjoint Kofi Annan– et qu'ils échouent, a expliqué le Nabil al-Araby.

Selon lui, le Conseil des Ministres de la Ligue souhaite à présent que le Conseil de sécurité de l'ONU fasse recours au chapitre 7 et octroi tous les pouvoirs possibles aux États afin qu'ils prennent les mesures nécessaires pour faire pression au régime d'Al–Assad.

Mais attention, prévient le Secrétaire général de la Ligue des États arabes: il ne s'agit pas d'un appel à l'usage de la force ou à une intervention militaire, mais plutôt d'utiliser d’autres méthodes de pression, quelles soient politiques, économiques ou commerciales. A cet égard, la Ligue des États arabes demande la coupure des télécommunications dans le pays, notamment les services de transmission par satellite. Elle souhaite également le retrait des représentations diplomatiques arabes de Damas. Les États arabes espèrent ainsi, selon Nabil al-Arabi , faire adhérer le gouvernement syrien au Plan de paix de Kofi Annan, car il s'agit de trouver une issue politique à la crise nationale syrienne qui a pris de l'ampleur et qui risque à présent de déstabiliser toute la région.

« La crise exténuante dont souffrent les Syriens depuis plus d'un an a commencé par des manifestations pacifiques à des demandes légitimes, à l'instar de celles qui se sont produites en Tunisie, en Libye en Égypte ou encore au Yémen», a expliqué le diplomate égyptien. « Le peuple syrien a placé son espoir en cette réunion aujourd'hui, » a déclaré Nabil al–Araby, pour qui il est « moralement inacceptable » que le peuple syrien continue de souffrir. « C'est la crédibilité des Nations Unies qui est en jeu », a ajouté le Secrétaire général de la Ligue des États arabes.

 (Mise en perspective : Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...