Syrie : Jean-Marie Guéhenno appelle les « États influents » à se mettre d'accord

Écouter /

Jean-Marie Guéhenno, Adjoint de l'Envoyé spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des États arabes pour la Syrie

Le Conseil des droits de l'homme a entendu, ce mercredi à Genève, Jean-Marie Guéhenno, Adjoint de l’Envoyé spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des États arabes pour la Syrie. Ce dernier a déclaré que l’escalade des hostilités en Syrie s’expliquait par l’absence de perspective politique, alors que l’aggravation de la répression a suscité la mobilisation des groupes d’opposition.

La mission d’observation n’a constaté aucune cessation de la violence et les droits de l’homme sont violés quotidiennement. Dans un tel contexte, il n’y a pas d’espace politique susceptible de permettre un dialogue politique significatif. Jean-Marie Guéhenno a indiqué qu'à ce stade de la crise en Syrie, aucune partie ne semble croire à la possibilité d'une solution politique en Syrie.

Il est clair pour l’Envoyé spécial qu’il est essentiel que les États influents se mettent d’accord entre eux afin d’apporter leur soutien à un processus de transition qui doit être négocié et conclu par les Syriens eux-mêmes, a expliqué M. Guéhenno.  Les Syriens doivent pouvoir à nouveau vivre ensemble dans la paix, ce qui exige un accord négocié susceptible de garantir la protection de toutes les communautés et de permettre une répartition équilibrée du pouvoir.

L’unité de la communauté internationale est d’une importance vitale, a souligné l’Envoyé spécial conjoint, Kofi Annan.  À cette fin, l’Envoyé spécial conjoint et son équipe continueront de travailler d’arrache-pied avec les États membres et avec tous les interlocuteurs de premier plan à l’intérieur de la Syrie afin de contribuer à un règlement pacifique et global de la crise. Mais cet effort ne peut être sans fin, alors que le temps est compté, a souligné M. Guéhenno.  La Syrie s’enfonce dans une violence destructrice de plus en plus profonde, a-t-il ajouté.  Le peuple syrien a désespérément besoin que la communauté internationale se rassemble aujourd’hui même afin de jouer de sa pleine influence avant qu’il ne soit trop tard, a conclu Jean-Marie Guéhenno.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo, avec un extrait sonore de Jean-Marie Guéhenno, Adjoint de l’Envoyé spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des États arabes pour la Syrie)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/12/2017
Loading the player ...