Rio+20: le document final passé au crible

Écouter /

Des experts indépendants de l’ONU ont vendredi émis des recommandations quant au document final de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20).

Catarina de Albuquerque, la Rapporteuse spéciale des Nations unies pour le droit à l'eau potable a salué l’engagement explicite pris par les États Membres pour réaliser « progressivement » le droit humain à l’eau potable et à l’assainissement. Toutefois elle a exhorté la communauté internationale à ne pas s’appuyer sur le terme de « réalisation progressive» pour tarder à mettre pleinement en œuvre cet engagement.

De son côté, le Groupe de travail sur la question des droits de l’homme et des sociétés transnationales et autres entreprises, dirigé par Puvan Selvanathan, a exprimé sa préoccupation devant l’absence, dans le document final, de mention explicite à la nécessité pour le secteur privé de respecter les droits de l’homme dans ses efforts pour réaliser une économie verte.

Il estime que les entreprises doivent jouer un rôle majeur dans l’élaboration d’une telle économie et que des garanties sont nécessaires pour veiller à ce que les politiques et stratégies entrepreneuriales destinées à promouvoir les objectifs de développement et de respect de l’environnement n’auront pas d’impact négatif sur les populations, les communautés et leurs moyens de subsistance. Il rappelle qu'un développement inclusif, équitable et durable peut seulement devenir une réalité lorsque le bien-être de l’individu devient la préoccupation principale et que ses droits sont réalisés et respectés.

Mise en perspective de Maha Fayek

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...