RDC: Human Rights watch accuse le Rwanda de soutenir Bosco Ntaganda et le M23

Écouter /

Bosco Ntaganda (Photo : Radio Okapi)

Human Rights Watch (HRW) accuse le Rwanda d'apporter son soutien au général Bosco Ntaganda qui conduit une mutinerie contre les Forces armées de la République démocratique du Conco (FARDC) dans le territoire de Rutshuru, situé dans la province du Nord-Kivu.

Dans un communiqué rendu public lundi 4 juin, cette ONG des droits de l'homme affirme que des responsables militaires rwandais ont fourni des armes, des munitions ainsi que 200 à 300 recrues pour soutenir cette mutinerie.

Ida Sawyer, chercheuse et chargée de plaidoyer de HRW en RDC, explique:

« Les témoins, qui ont réussi à échapper aux recrutements, nous ont dit qu'ils étaient recrutés souvent par force dans les marchés, en cours de route ou dans les autres endroits [notamment dans les districts de Musanze et Rubavu au Rwanda]. Ils étaient emmenés par les militaires rwandais dans un camp militaire à Kinigi au Rwanda.»

Quand ces recrues – parmi lesquelles figurent des enfants de moins de dix huit ans – sont arrivées dans ce camp militaire, les militaires rwandais leur ont donné des armes et des munitions. « Les témoins ont parlé des kalachnikovs, des grenades et aussi des artilleries anti – aériennes qu'ils ont amené avec eux jusqu'à Runyoni pour soutenir les forces du M23 et de Ntaganda », rapporte la chercheuse.

Ida Sawyer ajoute que les recrues ont été, par la suite, escortées par ces mêmes militaires jusqu'à la frontière de la RDC: « Quand ils sont arrivés à la frontière, les forces de Ntaganda et du M23 les ont trouvés et les ont emmenés jusqu'à Runyoni, la base principale de M23 et de Ntaganda aujourd'hui. Et quand ils sont arrivés à Runyoni, les civils ont reçu une petite formation: comment utiliser une arme, comment tirer, et après ils étaient envoyés au front pour combattre l'armée congolaise. »

« Le rôle joué par certains responsables militaires rwandais dans le soutien et la protection d'une personne [Bosco Ntaganda] soupçonnée de crimes de guerre par la CPI ne doit tout simplement pas être éludé », a déclaré Anneke Van Woudenberg, chercheuse senior au sein de la division Afrique à Human Rights Watch.

Dans ce communiqué, Human Rights Watch invite par ailleurs tous les alliés du Rwanda, notamment les États-Unis et la Grande-Bretagne, de faire une pression sur le gouvernement rwandais pour qu'il fasse une enquête par rapport à ces allégations et qu'il arrête tout soutien aux forces de Ntaganda et du M23.

Le gouvernement de Kigali a, pour sa part, nié toute implication dans tout ce qui se passe dans l'Est de la RDC.

(Extrait sonore : Ida Sawyer, chercheuse et chargée de plaidoyer de Human Rights Watch en RDC ; propos recueillis par nos confrères de Radio Okapi)

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...