Nigéria : le Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme accuse Boko Haram de crimes contre l'humanité

Écouter /

Le Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a indiqué ce vendredi à Genève que les islamistes de Boko Haram, au Nigéria, pourraient être accusés de crimes contre l'humanité s'ils venaient à être jugés d'avoir commis des attaques systématiques généralisées contre des civils. Les services de Navi Pillay sont d'ailleurs extrêmement préoccupés par la vague de violences et de tueries causées depuis le 17 juin par la nouvelle série d'attentats contre des églises situées dans des villes de la province de Kaduna (nord). Ces attaques ont provoqué des représailles de jeunes chrétiens et des contre-attaques de musulmans.

Au cours d'un presse à Genève, le porte-parole du Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a indiqué que les membres de Boko Haram et d'autres groupes et milices, s'ils venaient à être jugés d'avoir commis des attaques systématiques et généralisées contre la population civile – y compris pour des motifs religieux ou ethniques – sont susceptibles d'être reconnus coupables de crimes contre l'humanité.

« Des actes délibérés conduisant au 'nettoyage' de la population sur des motifs fondés sur la religion ou l'origine ethnique reviendraient aussi à un crime contre l'humanité », a déclaré le porte-parole du Haut commissariat, Rupert Colville, lors de ce point presse.

(Extrait sonore : Rupert Colville, porte-parole du Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...