Myanmar : Les Nations Unies et le gouvernement signent un plan d'action pour empêcher l’enrôlement des enfants dans les forces armées

Écouter /

L’Organisation des Nations Unies et le gouvernement du Myanmar ont signé ce mercredi un plan d’action pour prévenir le recrutement et l’utilisation des enfants par les forces armées du Myanmar, la Tatmadaw, et permettre la libération des recrues mineures.

«L’UNICEF se félicite de la signature du plan d’action et est prêt à aider le gouvernement à concrétiser ces engagements clés», a déclaré Ramesh Shrestha, le Représentant du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) dans un communiqué.

“Le travail le plus important commence maintenant. Il faut s’assurer que les enfants sont libérés de la Tatmadaw dès que possible et sont retournés à leurs familles et aux communautés et qu'ils reçoivent un soutien pour promouvoir leur bien-être, leur apprentissage et leurs moyens de subsistance», a-t-il ajouté.

Le plan d’action fixe un calendrier et des activités mesurables pour la libération et la réinsertion des enfants associés aux forces armées gouvernementales, ainsi que la prévention de tout nouveau recrutement.

Le plan a été signé dans la capitale, Nay Pyi Taw, par des officiers supérieurs, au nom du gouvernement du Myanmar, par le Coordonnateur résident des Nations Unies, Ashok Nigam, et par le Représentant de l'UNICEF, Ramesh Shrestha. La Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, Radhika Coomaraswamy a également assisté à la cérémonie de signature.

“C’est un plan ambitieux adopté par le Gouvernement et l’Organisation des Nations Unies pour faire face à ce problème de longue date, et la communauté internationale doit le soutenir”, a déclaré Radhika Coomaraswamy. “Il s’agit d’une preuve de bonne volonté, mais aussi d'un test de l’engagement du Myanmar pour les enfants, et j’espère que cela va aboutir.”

Le bureau de la Représentante spéciale a noté que le plan d’action appelle au lancement d'autres programmes de l’ONU et du gouvernement en faveur des enfants affectés. Il se réfère également à la possibilité d’ouvrir le dialogue sur des engagements similaires avec des groupes armés telle que suggérée dans le rapport annuel du Secrétaire général sur les enfants et les conflits armés.

Selon l’UNICEF, le plan est le résultat d’années de négociations entre le Gouvernement et l’Organisation des Nations Unies, au nom d’un groupe de travail national de surveillance et des rapports sur les violations graves des droits de l’enfant dans les conflits armés (CTFMR).

«La signature du plan d’action constitue une grande opportunité pour l’Organisation des Nations Unies et le Groupe de travail sur le Myanmar de collaborer avec le gouvernement et d'envoyer un message fort, affirmant que les enfants ne devraient pas, et ne seront plus, recrutés et utilisés à des fins militaires», a déclaré le Coordonnateur résident Ashok Nigam.

Le plan d’action a été négocié dans le cadre du mandat contenu dans la résolution 1612 du Conseil de sécurité, qui a établi le Mécanisme des Nations Unies pour la surveillance et l'information qui a pour mission de faire rapport sur six violations graves des droits de l’enfant dans les situations de conflit armé.

Dans le rapport annuel du Secrétaire général Ban Ki-moon au Conseil sur les enfants et les conflits armés, il énumère les parties qui commettent des violations graves contre les enfants. Selon l'UNICEF, au Myanmar, outre la Tatmadaw, directement concernée par l’accord conclu mercredi, il existe sept organisations qui recrutent et utilisent des enfants, dont plusieurs armées de libération du peuple Karen.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...