Mali: les criquets menacent le nord où règne l'insécurité

Écouter /

La coordination régionale est capitale pour la lutte antiacridienne.

Des nuées de criquets pèlerins se seraient abattues sur le nord du Mali tenu par les rebelles et où l’insécurité a entravé la lutte antiacridienne. Ce qui laisse craindre une lourde menace de ces insectes dans le nord du Mali qui est déjà frappé par la sécheresse, les conflits et le déplacement de plus de 360 000 personnes. Selon le Programme alimentaire mondial, « il y a une menace potentielle de prolifération de ces criquets pèlerins au Nord du Mali ».  

« Cette menace acridienne et l'insécurité risquent de réduire la disponibilité alimentaire des ménages au Nord du Mali », avertit la porte-parole du PAM, Elisabeth Byrs.

Selon la FAO, les cultures sont menacées par des essaims de Criquet pèlerin qui se dirigent vers le Sud, en provenance de l’Algérie et de la Libye. Les pluies continues et le développement de la végétation ont favorisé la formation d’essaims depuis la mi-mai. L’instabilité politique et le conflit au Mali ne font alors que compromettre les opérations de suivi et de lutte contre ces criquets.

Le 13 juin dernier, la FAO avait souligné que l’escalade des conflits au Mali, entraînant des déplacements de populations vers les pays voisins, et les pullulations de criquets pèlerins se dirigeant vers le sud en provenance d’Afrique du Nord étaient considérées comme des menaces supplémentaires pour la production agricole de 2012 au Sahel, en particulier au Niger, au Tchad et au Mali.

Les pays du Sahel font face à de graves pénuries alimentaires qui ont touché plus de 18 millions de personnes mais, dans un Mali en proie aux divisions politiques et aux conflits non résolus, une invasion de criquets serait désastreuse. Des opérations d’aide ont été interrompues après que des rebelles aient pillé les véhicules et les équipements de plusieurs organisations humanitaires lorsqu’ils ont déferlé sur le nord du Mali après le coup d’État, laissant les habitants frappés par la sécheresse sans secours.

Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) estime que plus de 3,5 millions de Maliens souffrent de la faim.

(Extrait sonore : Elisabeth Byrs, porte-parole du PAM à Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...