Maintien de la paix: la Force de la MINUSTAH au service de la population

Écouter /

Major Général Fernando Rodriguez Goulart (à droite), Commandant de la Force de la MINUSTAH (Photo ONU Logan Abassi)

Tous les commandants des 17 forces des missions de maintien de la paix des Nations Unies sont à New York cette semaine dans le cadre de leur réunion annuelle au Siège de l'ONU. Ils ont été présentés ce matin au Conseil de sécurité par Hervé Ladsous, le Secrétaire général adjoint de l'ONU aux opérations de maintien de la paix. Parmi les missions de maintien de la paix, 7 sont opérationnelles sur le continent africain et les autres au Moyen-Orient en Asie, en Europe et une seule en Amérique. Il s'agit de la MINUSTAH, la Mission de l'ONU pour la stabilisation en Haïti. Le Commandant de la Force de cette Mission est l'un des commandants à s'être adressé aux membres du Conseil de sécurité.

Au cours de son exposé au Conseil, le Major Général Fernando Rodriguez Goulart, le Commandant de la Force de la Mission de l'ONU pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), a évoqué la contribution de la composante militaire de la Mission pour la stabilisation en Haïti ainsi que l'appui apportée par cette Force aux institutions de ce pays.

Fernando Rodriguez Goulart, a indiqué que depuis sa création en juin 2004, la MINUSTAH travaille inlassablement pour l'Etat de droit, la restauration de la sécurité et de l'ordre, la protection de la population, l'appui au processus démocratique et la préservation des droits de l'homme.

Il a précisé que des opérations quotidiennes sont menées par les Casques bleus ainsi que la Police de la MINUSTAH pour la promotion de l'Etat de droit et l'ordre public à travers des patrouilles et des points de contrôle. Ce genre d'activité a permis de diminuer la violence et le crime et de sécuriser la population. Il a aussi rappelé le travail des militaires de la MINUSTAH dans les distributions de l'eau potable à la population et dans la lutte contre l'épidémie de cholera, sans oublier les secours dans divers domaines après le tremblement de terre dévastateur du 12 janvier 2010.

Avant de conclure son exposé, le Commandant de la Force de la MINUSTAH a parlé de l'avenir. Il a émis le vœu de voir la Mission onusienne et le Gouvernement haïtien travailler activement ensemble pour qu'il n'y ait pas de vide sécuritaire après le départ de la MINUSTAH.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...