Lutte contre l'obésité : L'ONU appelle à taxer la « malbouffe »

Écouter /

Apparemment, on mange mal: trop gras, trop sucré, trop salé, trop de grignotage. Ça suffit, dit l’ONU. L’objectif, c’est de lutter contre l’obésité. Il faut dire que la “malbouffe” fait des ravages chaque année: 3 millions de morts et beaucoup plus si on ne fait rien.

Aujourd’hui, une personne sur cinq dans le monde est obèse ou en surpoids. On mange trop gras, trop salé et trop sucré, et plus seulement dans les pays plus aisés, mais aussi dans les pays en développement.

Olivier De Schutter, le Rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation, avertit: “Au Mexique, 70 % des adultes sont en situation de surpoids ou d’obésité. Aujourd’hui. 15 % des dépenses de santé au Mexique sont pour le traitement du diabète. Dans 5 ans, on estime que la facture sera supérieure à 5 milliards de dollars annuels.”

Et pour lutter contre le fléau, Olivier De Schutter lance un appel aux Etats pour qu’ils prennent le problème à bras le corps. En clair: une taxe sur les aliments et les boissons à teneur élevée en graisse, sucre et sel (c’est le cas au Danemark, en Finlande) pour changer les comportements alimentaires.

Il appelle à plus de cohérence. “Que l’on cesse de favoriser des régimes agroalimentaires qui provoquent des diabètes, des cancers, des maladies cardiovasculaires, pour ensuite tenter de réparer des dommages jusqu’aux limites de la capacité de nos systèmes de soins de santé”.

La taxe n’est pas la seule mesure préconisée. Le Rapporteur spécial de l’ONU demande aussi de limiter la publicité pour la “malbouffe” ou de soutenir les productions locales.

(Interview : Olivier de Schutter, Rapporteur spécial de l'ONU pour le droit à l'alimentation ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Classé sous Fréquence santé, Santé.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...