Libye : la CPI exige la libération immédiate de quatre de ses membres détenus dans ce pays

Écouter /

La Cour pénale internationale

Quatre membres du personnel de la Cour pénale internationale (CPI) sont détenus en Libye, depuis le jeudi 7 juin. Le Président de la Cour, le Juge Sang-Hyun Song a exigé la libération immédiate de tous les membres du personnel de cette délégation de la CPI : « nous sommes très préoccupés par la question de la sûreté de nos membres du personnel, en l'absence de tout contact avec eux. Ces quatre fonctionnaires civils internationaux bénéficient des privilèges et immunités quand ils sont en mission officielle pour la CPI, servant ainsi la justice internationale. J'appelle les autorités libyennes à prendre sans délai toutes les mesures nécessaires pour garantir leur sûreté et leur sécurité et pour les faire libérer immédiatement ». La Cour communique avec les autorités compétentes pour leur immédiate libération.

En application de la décision de la Chambre préliminaire I, du 27 avril 2012, la délégation s'est rendue en Libye le mercredi, 6 juin 2012, dans le but de rencontrer Saif Al-Islam Gaddafi à Zintan, en partie afin que le Bureau du Conseil Public pour la Défense, actuellement désigné pour représenter Gaddafi, lui rende une visite privilégiée. La délégation comprenait également des membres du Greffe de la Cour afin de discuter avec le suspect de l'option de désigner un avocat de son propre choix. La Libye a assuré, dans une requête soumise à la Chambre préliminaire I, qu'elle facilitera l'accès à Gaddafi à ses avocats. Cet accord a été confirmé, par la suite, lors des contacts entre le gouvernement libyen et le Greffe de la CPI.

En vertu de la résolution unanime 1970 du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui a déféré à la CPI la situation libyenne, la Libye a l'obligation juridique de coopérer pleinement avec la CPI, y compris l'obligation de respecter le régime juridique imposé par le Statut de Rome qui garantit les droits des suspects à disposer de contacts privilégiés avec leurs conseils.

La CPI espère de toute urgence que la situation se résolve dans l'esprit de coopération qui a toujours prévalu entre la Cour et les autorités libyennes.

(Extrait sonore : Fadi El Abdallah, porte-parole de la CPI)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...